En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Cécile Duflot pendant l'université d'été à Marseille
 

Au terme de ces trois jours, les discussions se sont concentrées sur le déclin de l'Europe et l'importance de lancer un débat sur le projet européen, en danger.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • Justicia
    Justicia     

    mais bien sur tout a fait !

  • berard
    berard     

    ils peuvent être inquiets; d'ici 4 ans ,ils auront perdu tous leurs mandats

  • Godefroy de Bouillon
    Godefroy de Bouillon     

    Moi !! j'ai vachement des doutes sur leur utilités aux verts !!
    L’été des porcheries

    Le gouvernement assouplit les règles sur les élevages porcins. L’association Eau et Rivières de Bretagne réagit.















    L’association Eau et Rivières de Bretagne est en pointe dans la lutte contre la pollution de l’eau et des sols provoquée par la concentration des élevages industriels de porcs. Elle est notamment l’un des acteurs essentiels dans le dossier des algues vertes qui envahissent le littoral breton. Son délégué général, Gilles Huet, est vent debout après la confirmation cette semaine, par le ministère de l’Agriculture, de la préparation d’un arrêté pour assouplir les règles relatives à l’installation ou à l’extension des élevages porcins.

    À partir de 2014, les élevages qui abritent entre 450 et 2 000 têtes vont être soumis à un simple enregistrement. Alors qu’aujour-d’hui ils doivent obtenir une autorisation avec enquête publique préalable.




    « Sud Ouest ». Avez-vous été consulté à propos de ce projet d’arrêté ?

    Gilles Huet. Absolument pas. Ni les organisations de protection de l’environnement ni les associations d’élus locaux. Or la suppression de l’enquête publique pour les élevages de moins de 2 000 têtes priverait les conseils municipaux d’un examen des dossiers qui concernent leurs territoires.

    Alors que l’on ramasse des milliers de mètres cubes d’algues vertes sur les plages bretonnes, alors que l’on met en œuvre des programmes très coûteux de protection des captages d’eau, cette mesure serait incompréhensible pour les citoyens comme pour les élus.

    Elle ne s’expliquerait que par la pression du lobby de l’élevage industriel sur le ministre de l’Agriculture Stephane Le Foll. Celui-ci n’est même pas compétent sur le sujet, puisque ces élevages sont des installations classées qui relèvent du ministère de l’Écologie ! Où est Philippe Martin, le ministre de l’Écologie, dans ce dossier ?

    Quelles seraient les conséquences d’un tel assouplissement ?

    Malgré le régime d’autorisation existant, 60 % de la production porcine est concentrée dans l’Ouest et la réglementation n’est manifestement pas appliquée avec rigueur par les préfets. Alors demain ? L’absence d’étude d’impact pour l’implantation d’un élevage, l’absence d’enquête publique avec un commissaire enquêteur indépendant nommé par le tribunal administratif, tout ceci ne ferait qu’accroître les difficultés.

    Dans la procédure, le préfet serait le seul interlocuteur du lobby agricole, on imagine la suite ! Par ailleurs, la rigueur du contrôle des élevages déjà installés repose sur le fait qu’ils sont des installations classées.

    Quelle analyse faites-vous de ce dossier sous l’angle politique ?

    Lors de la discussion du projet de loi de modernisation de l’agriculture, en 2010, un amendement du député Marc Le Fur (UMP) portait exactement la même mesure, le relèvement du seuil de l’autorisation à 2 000 têtes. Il avait été vivement combattu par les parlementaires socialistes et par le président de la région Bretagne, Jean-Yves Le Drian, qui est aujourd’hui ministre de la Défense.

    Je ne comprends pas cette volte-face. D’autant qu’à l’ouverture des états généraux de la modernisation du droit de l’environnement, Delphine Batho, qui était encore ministre de l’Écologie, nous avait expliqué que modernisation ne rimerait pas avec régression. Aujourd’hui, cette annonce témoigne de l’insigne faiblesse du ministère de l’Écologie dans l’équilibre gouvernemental..

  • 7auPoint
    7auPoint     

    Ah! les verts : euphoriques parce qu' il y aurait une nouvelle TAXE carbone , ils veulent aussi une écologie " portant une énergie qui soit douce mais une énergie qui soit durable" (sic) et , blablabla je l' ai déjà dit hier : " INDÉCROTTABLES ! "

  • Irminsul
    Irminsul     

    2% à la présidentielle et toute cette médiatisation ? Décidément BFMTV, je ne comprends pas votre politique de répartition du temps de parole !

  • papimoustaches
    papimoustaches     

    dehors les ecolos

  • hippo
    hippo     

    tout à fait

  • funky
    funky     

    Dis moi l'écolo gogo fumeuse de oinje, pourquoi tu vie pas en autarcie, une main devant une main derriere a manger des fougères, là tu serais en accord avec tes idées, et nous tu nous épargneras de tes interventions plus grotesques les unes que les autres.

  • lynoavic
    lynoavic     

    ET nous? on n'a pas d' INQUIETUDES ?au jour le jour ? Apres l'augmentation des impôts, l'envolée de la TVA voilà un nouvel impôt, non? une nouvelle taxe, non plus? ah une contribution punitive!

  • habon
    habon     

    JT Antenne 2 20H : EMISSION DU 20 MARS 1983 http://www.youtube.com/watch?v=hFNa5V8fkk0&feature=youtu.be&t=9m20s

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire