L’emploi et l'économie au programme du séminaire de l’Elysée

Le gouvernement se mobilise vendredi matin pour un premier "séminaire de travail". Une déclinaison de la feuille de route qui ne sera pas assortie de décisions.

L.B avec AFP
Le 04/01/2013 à 9:25
Mis à jour le 04/01/2013 à 9:33
L'objectif du gouvernement de 0,8% de croissance cette année est en effet mis à mal par les prévisions de l'Insee (AFP)

Après avoir détaillé son programme de travail pour le premier semestre 2013 en Conseil des ministres, le gouvernement passe vendredi aux travaux pratiques. Deux séminaires sont au programme de la journée : l’un à l’Elysée, l’autre à Matignon, sur l’emploi et la situation économique.

Un premier "séminaire de travail", à 9 heures, réunit à l'Elysée quelques membres du gouvernement sur le thème de "la situation économique et l'emploi".

"Le président est tout entier mobilisé sur ces sujets, c'est la raison pour laquelle il a souhaité commencer l'année sur ces thèmes-là, pour indiquer que c'était la priorité", avait affirmé Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, en fin de semaine dernière, à l'issue d'un entretien à l'Elysée.

Une déclinaison opérationnelle de la feuille de route

Puis, à 11h30, tous les ministres se retrouvent à Matignon pour une "réunion de mobilisation du gouvernement autour des objectifs prioritaires du président de la République", ajoute-t-on à Matignon où l'on précise qu'il s'agit d'une "déclinaison opérationnelle de la feuille de route" présentée jeudi et non d'une réunion assortie de décisions.

Y interviendront, après Jean-Marc Ayrault, les ministres Michel Sapin (Travail), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac (Budget). Le gouvernement est ensuite invité à déjeuner.

Inverser la courbe du chômage

En 2013, dans une France en crise, où le nombre de demandeurs d'emploi ne cesse d'augmenter, la majorité devra faire la preuve que les outils anti-chômage ("emplois d'avenir" - déjà en place - et "contrats de génération", dispositif débattu en janvier à l'Assemblée nationale) inverseront réellement la tendance.

Ce pari s'avère risqué, sans perspective d'embellie économique en 2013. L'objectif du gouvernement de 0,8% de croissance cette année est en effet mis à mal par les prévisions de l'Insee, selon lesquelles l'économie va commencer 2013 sans aucun élan et continuera à détruire des emplois au premier semestre. Selon des experts, les dispositifs pour l'emploi ne peuvent au mieux qu'"amortir le choc".

Le dernier round, en janvier, des négociations entre partenaires sociaux sur la réforme du marché du travail est très attendu. En cas d'échec, l'exécutif légifèrera comme il l'entend.

Résultats élections européennes 2014
La question du jour

Faut-il dissoudre la LDJ, Ligue de défense juive?