En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'émotion perceptible de Hollande qui dénote avec ses discours habituels

L'émotion perceptible de Hollande qui dénote avec ses discours habituels
 

Après l'allocution de François Hollande, certains y ont vu un moment empreint d'émotion. Les mots et le ton utilisés pendant ce discours de renoncement ont dénoté avec le style habituel du chef de l'Etat. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Laurent@MéchantBanquier
    Laurent@MéchantBanquier     

    “Le renoncement, héroïsme de la médiocrité”

    Cette pensée de Natalie Clifford Barney illustre ce qu'aura été le quinquennat de François Hollande.
    Président normal, il sera resté normal et ne sera jamais devenu président. Une fois encore, il ne décide rien, il renonce. Cette ultime renonciation résonne comme un terrible aveu d'échec de l'ensemble de son mandat présidentiel qui aura été synonyme de reculs majeurs pour la France. C'est l'échec d'un homme, d'une politique, d'un camp.
    Dans un discours pitoyable, François Hollande cherche à défendre un bilan qui n'existe pas.Là encore il n'aura pas été à la hauteur de la fonction. Aveuglement ou mauvaise foi, il est le seul à détenir la réponse. Ayant construit son mandat sur l'anti-sarkozisme, il rate sa sortie là où dix jours auparavant Nicolas Sarkozy réussissait la sienne.
    Après ce renoncement, François Hollande va devoir terminer son mandat. Manuel Valls, lui, va pouvoir satisfaire son ambition intime et déclarer sa candidature. Ses heures à Matignon sont maintenant comptées tant il semble difficile de mener campagne tout en restant premier ministre.

  • Laurent@MéchantBanquier
    Laurent@MéchantBanquier     

    “Le renoncement, héroïsme de la médiocrité”

    Cette pensée de Natalie Clifford Barney illustre ce qu'aura été le quinquennat de François Hollande.
    Président normal, il sera resté normal et ne sera jamais devenu président. Une fois encore, il ne décide rien, il renonce. Cette ultime renonciation résonne comme un terrible aveu d'échec de l'ensemble de son mandat présidentiel qui aura été synonyme de reculs majeurs pour la France. C'est l'échec d'un homme, d'une politique, d'un camp.
    Dans un discours pitoyable, François Hollande cherche à défendre un bilan qui n'existe pas.Là encore il n'aura pas été à la hauteur de la fonction. Aveuglement ou mauvaise foi, il est le seul à détenir la réponse. Ayant construit son mandat sur l'anti-sarkozisme, il rate sa sortie là où dix jours auparavant Nicolas Sarkozy réussissait la sienne.
    Après ce renoncement, François Hollande va devoir terminer son mandat. Manuel Valls, lui, va pouvoir satisfaire son ambition intime et déclarer sa candidature. Ses heures à Matignon sont maintenant comptées tant il semble difficile de mener campagne tout en restant premier ministre.

  • 109600
    109600     

    Mauvais Président, mauvais comédien.
    La fausse émotion, les "sans dent" en ont été abreuvés pendant cinq ans.
    Quel est ce dossier qui provoque cette quasi démission? De quoi devons nous avoir peur?

Votre réponse
Postez un commentaire