En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
L'Assemblée nationale s'est prononcée contre l'allongement du délai de prescription en cas d'agression sexuelle contre mineurs. Les socialistes préfèrent revoir en profondeur le droit à la prescription.
 

Les députés n'ont pas adopté, ce mardi, une proposition de loi UDI qui visait à allonger le délai de prescription des agressions sexuelles contre les mineurs. Et pour cause, les socialistes préfèrent revoir intégralement le droit de la prescription.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • xLaurent
    xLaurent     

    Comme cardinal Barbarin, grâce à dieu la majorité des faits sont prescrits.

    Grâce à l'assemblée aussi et au PS en l’occurrence (et pourtant je suis de gauche, mais là...)


    L'allongement de la prescription était donc refusé, sous prétexte qu'il fallait mieux revoir l'ensemble des prescriptions.
    Soit...mais en 2016, strictement rien n'a été entamé.

    Dommage, le débat avait progressé, l'assemblée, reconnaissait enfin "L'amnésie traumatique" sur 30 à 40 ans après les faits
    rendant nos plainte impossible avant la prescription. On connait leur nom, si ça se trouve ils continuent mais on ne peut même pas porter plainte.

    Reste les chiffres 191 000 crimes commis en 2011 / 9 900 condamné. Soit 5.2%. Moi si j’atteins 5% de mes objectifs au travail, je suis licencié...

  • brindacierfifi12
    brindacierfifi12     

    Ils attendent une Victime au sein de leur Camp.

  • sclp
    sclp     

    Pourquoi pas une prescription sur le droit de vivre dignement ????

  • 156156
    156156     

    c'est lamentable mais pas surprenant de ces individus complétement a l'ouest d'eden

  • sylvaa
    sylvaa     

    La notion d'intégrité physique est le fondement de tout droit à la dignité, au respect de soi.
    Le droit à disposer de son corps en est l'essence, la base de tout rapport humain, le socle de tout système sociétal qui se veut crédible, viable.

    En refusant d'envoyer un signal fort aux individus, quels qu'ils soient, tentés d'assouvir leurs instincts bestiaux en utilisant l'être humain comme un jouet, un objet, nos représentants n'honorent pas leur statut de porteur des responsabilités que l'espèce leur confie.

    Il ne devrait même pas exister de "prescription" pour ce genre d'abjection, pour cet abandon de la dignité de soi et de l'autre.

Votre réponse
Postez un commentaire