Affaire Merah : "Tous les documents seront déclassifiés" affirme Valls

Le ministre de l'Intérieur était l'invité de Bourdin Direct sur BFMTV. Il a confirmé une opération en cours en région parisienne dans les milieux islamistes avant d'évoquer l'affaire Merah.

S. C.
Le 05/02/2013 à 8:44
Mis à jour le 05/02/2013 à 11:02

Affaire Merah : "nous savons qu'il y a des complices" - 30/01


TGV immobilisé : le procureur et le producteur de rap s'accordent sur l'essentiel


Manuel Valls a confirmé sur BFMTV le coup de filet dans les réseaux islamistes, avec l'arrestation de plusieurs personnes en région parisienne, mardi matin.

"Il y a une opération en cours en région parisienne, menée par la DCRI, qui fait suite à l'interpellation d'un individu il y a quelques mois à la frontière entre le Mali et le Niger", a-t-il confirmé, précisant que "quatre personnes avaient été interpellées" a priori mais préférant "rester prudent" sur le nombre.

Menée par le juge antiterroriste Marc Trévidic, cette enquête porte sur une filière d'acheminement de jihadistes vers le Sahel, a indiqué une source policière. Trois Franco-Congolais et un Malien ont été interpellés en région parisienne, a-t-on ajouté sans plus de précision.

Des jihadistes Français en Syrie et au Sahel

"La police française et les services de renseignements sont sur le qui-vive depuis plusieurs mois, a poursuivi Manuel Valls. Nous sommes en alerte depuis l'affaire Mohammed Merah." Puis, évoquant la menace terroriste en France, le ministre de l'Intérieur a précisé les priorités en la matière.

"Il faut continuer ce travail de démantèlement de ces réseaux qui veulent agir sur notre territoire ou exfiltrer des personnes pour faire le jihad ailleurs, comme en Syrie ou au Sahel", a-t-il rappeler. Et de chiffrer à "quelques dizaines" de combattants français en Syrie et "une poignée", ceux repérés au Sahel. "Nous combattons un ennemi extérieur et intérieur", a ainsi rappelé Manuel Valls en évoquant le travail des services de renseignements français.

Affaire Merah : "Tous les documents seront déclassifiés"

Interrogé sur l'affaire Merah et ses ratés, le ministre de l'Intérieur a reconnu "une faille" dans l'enquête sur celui qui allait tuer sept personnes sen mars 2012.

"Tous les documents (de cette affaire) qui permettront de faire la lumière seront déclassifiés si les juges en charge de l'enquête nous le demande, à condition de ne pas mettre en danger nos sources", a assuré Manuel Valls.

TGV immobilisé près de Marseille : "des sanctions immédiates"

Enfin, interrogé sur l'affaire du TGV immobilisé par des jeunes près de Marseille pour y tourner un clip de rap, Manuel Valls a appelé à "des sanctions immédiates" et un retour à plus d'autorité et de règles en matière de délinquance.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?