En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
La presse exprime son désarroi à l'encontre de Manuel Valls et François Hollande.
 

Plusieurs quotidiens font état ce mardi de leur incompréhension face au duel entre François Hollande et Manuel Valls en vue de la présidentielle.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Et maintenant ?
    Et maintenant ?     

    Comment il a calmé les ardeurs de Vall ???

    "Moi président, je me représenterai pour terminer mon oeuvre"
    (mais, mais entre nous Manu, c'est pour ne pas être écrasé par les nôtres à une primaire)

    Il ne veut être battu que par "la France" et il veut avoir les excuses, clamer que c'est la faute aux autres
    - Sarko qu'a perdu, cet incapable : il aurait été son meilleur concurrent
    - Fillon qu'est trop "bon" : surprise ?
    - Les français qui ont voté Le Pen : ils ont eu peur du méchant Fillon

    et surtout les socialistes
    - ceux qui ont frondé et sont allés à la primaire et se sont étripés
    - ceux qui ont fait dissidence et ne sont pas présentés à la primaire et ont pris la majorité des voix
    - et surtout Macron le traitre, il m'a pris "mes voix" ...

    Surtout pas lui, irréprochable, c'est les autres.

    Il va s'en sortir, sans se faire huer par ses pairs.

    Au revoir ... Je vous ai bien tous eus ..
    Mais j'ai eu "pas de bol". Désolé.
    Merci pour ces 5 ans, j'en ai bien profité ...

  • vanda100
    vanda100     

    Vouais... Et il n'y a pas à gauche de personnalité éclatante, surtout des bateleurs. Dommage que Fillon soit de droite !

  • 109600
    109600     

    Le cancer socialiste n'est pas encore vaincu et il faudra une thérapie de choc pour se débarrasser de toutes ses métastases qui rongent la France.

    Et maintenant ?
    Et maintenant ?      (réponse à 109600)

    C'est pas un cancer, heureusement.
    Avec le temps il disparait, à condition qu'on ne l'alimente plus ... avec des rêves et de l'espoir que les autres travaillent pour nous et notre bien etre.
    Et qu'on arrête d'assister materiellement ceux et celles qui y croient.

    Et que chacun reprend la responsabilité de sa vie.
    En particulier, de travailler dur pour nourrir sa famille et prospérer.

    Deux générations devraient suffire car le libéralisme est le naturel de l'homme.
    Comme dans la nature.
    "La lutte pour la vie", c'est ce qui guide ceux qui survivent.

Votre réponse
Postez un commentaire