En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Manuel Valls appelle les intermittents du spectacle à ne plus menacer les festivals.
 

Le Premier ministre, Manuel Valls, réitère son appel en direction des intermittents du spectacle opposés à l'agrément de l'accord sur leur régime d'assurance chômage à "se mettre autour de la table".

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Fox Mulder
    Fox Mulder     

    Il y e na assez de donner des subvention énorme aux journaux, au journalistes (niche fiscale) etc,,,alors que ce sont des sociétés privés. Lorsque vous êtes a Pole-Emploi on vous encourage a changer de métier et bien les intermittent pas content doivent changer de métier et laisser ceux qui sont intéresser faire ce métier. De plus la CGT par l'intermédiaire de son secrétaire générale veux créer un bras de fer avec le gouvernement sans pensez aux conséquences sur l'emploi et les finances de notre nation.

  • cat de trot
    cat de trot     

    oui, personne dans les médias (surtout pas Mediapart...comme c'est bizarre !) ne parlent des malversations du comité d'entreprise d'EDF qui aurait arrosé la CGT, l'Humanité et le PCF....ils preferrent en effet s'étendre en long et en travers sur l'UMP !

  • cat de trot
    cat de trot     

    oui, personne dans les médias ( surtout pas Médiapart comme c'est bizarre !) des malversations du comité d'entreprise d'EDF qui aurait arrosé la

  • cat de trot
    cat de trot     

    il faut surtout que cesse ce système qui engraisse des gens qui fraudent pour se la couler douce aux frais des contribuables....et des caisses de l'unedic dont les caisses sont vides ! Les artistes ou soit disant artistes votent tous à gauche pour que ce système continue comme le demande ce cher Mr Lang qui, lui, a trouvé une planque à 9000 euros par mois grâce à Hollande à l'institut franco arabe dont on se demande bien à quoi il sert !

  • Meloco
    Meloco     

    Manuel Valls appelle la majorité parlementaire à la "loyauté"

  • fifi0682
    fifi0682     

    c'est vrai quoi! avec un peu d'argent et la neutralisation de la mesure prévue faut pas exagérer! Ils ont gagnés!!!!

  • Nelson
    Nelson     

    La presse collabo est prompte à parler des "affaires" de la droite, mais ce procès en avez-vous entendu parler ? il y a t'il un article sur BFM (si oui mea culpa mais pas vu) : Procès du comité d’entreprise d’EDF-GDF : pendant la grève SNCF, la CGT sur le banc des accusés dans l’indifférence générale (actuellement) A la fin des années 90, la CGT et le Parti communiste se sont allègrement financés au travers du comité d'entreprise d'EDF-GDF. Le procès est en cours. Depuis le 2 juin se déroule au Tribunal correctionnel de Paris, un procès exemplaire qui touche à sa fin : celui du financement, dans les années 1994-2002, de la CGT et du Parti communiste par la Caisse centrale d’activités sociales d’EDF-GDF, – son comité d’entreprise – plus connu sous le sigle CCAS. Sur le banc des prévenus, des militants cégétistes ou communistes. Parmi ceux-ci, Jean Lavielle ex-président de la CCAS (1997-2002), Brigitte Gonthier-Maurin, dirigeante du PC, sénatrice des Hauts-de-Seine depuis 2007, ou Alain Peuch, ancien directeur exécutif à la CCAS. Y figuraient également des personnes morales, comme la société éditrice de L’Humanité représentée par Patrick Le Hyaric, ancien directeur du quotidien communiste, la CGT ou la fédération CGT de l’ Energie…

  • nessie0808
    nessie0808     

    les intermittents nous fatiguent. Ils n'on qu'à faire autre chose si ils ne sont pas content. c'est déjà assez degu...... comme ca leurs avantages

  • kywen
    kywen     

    ah ben, s'il ne veut plus...il ne faut plus !! sinon...

  • condor
    condor     

    On va le surnommer "Monsieur ne veut plus" Mais franchement il se prend pour qui dieu le père ce bon à rien, car à part des " je veux" ou de belles paroles, les actes sont toujours totalement inexistants, mais les restrictions elles sont bien là. Bande de nuls et incapables.

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire