En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Figaro, Le Monde, Libération et Ouest-France du 16 décembre
 

REVUE DE PRESSE - Les questions du droit de vote des étrangers aux élections locales et des accords de Shengen ont permis au président de la République de se démarquer de ses concurrents politiques. Un discours" marqué à gauche", remarque la presse mais prononcé "trop tard".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

21 opinions
  • R.I.P
    R.I.P     

    Un discours" marqué à gauche", remarque la presse mais prononcé "trop tard".

    - Donc la presse et immigrationniste c'est une confirmation

  • Grincheux
    Grincheux     

    Il a dit quoi sur l'immigration, je cherche encore

  • babou
    babou     

    plus nul que lui tu meurs

  • vauban
    vauban     

    C'est une chute spectaculaire pour Nicolas Sarkozy, dans les rangs de son camp. Alors que François Hollande -à 18%- et Manuel Valls -à 36- regagnent chacun trois points de popularité en décembre, l'ancien président perd 16 auprès des sympathisants de l'UMP, selon le baromètre mensuel Ipsos-Le Point publié lundi 15 décembre.

    vauban
    vauban      (réponse à vauban)

    Auprès des sympathisants UMP, Alain Juppé (72%, -2) ravit la première place à Nicolas Sarkozy, qui dégringole de 16 points, avec 67% d'avis favorables, et se retrouve même devancé par Christine Lagarde (68%). A noter aussi le net recul (-4) de Marine Le Pen auprès de l'ensemble des Français: avec 29% d'opinions favorables, elle se situe au 22e rang.

  • jéronimo
    jéronimo     

    c'est sur qu'il se positionne sur l'immigration c'est presque tout ce qu'il lui reste comme partisans pour les élections

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Il peut radoter autant qu'il veut,ses jours sont comptés.

  • deuxc
    deuxc     

    Referendum. Point barre. Cela évitera le long chemin de la modification constitutionnelle, et aura le mérite d'être clair puisque le peuple Français s'exprimera! hollande aurait-il peur, il va se tancer lui-même...

  • vauban
    vauban     

    Hollande se positionne face au FN et à Sarkozy =
    face à l' UMPFN

    dge
    dge      (réponse à vauban)

    Il est content, il a trouvé un nouvel acronyme...
    En se positionnant de la sorte, Hollande finira son mandat à 1% dans les sondages! lol

    Maxoue
    Maxoue      (réponse à dge)

    Non il a son carré de privilégiés du système qui représente 10 à 12 % et c'est sans compter sur la versatilité des français.Rappelez vous pour Mitterrand il est repassé contre toute attente

  • sortilege
    sortilege     

    il s'en remet "aux politiques" ,quel dédain pour le peuple! le sociétal n'ayant pas de conviction politique c'est à chacun de faire son choix . il serait donc plus que souhaitable qu'il soit interdit de l'inclure dans un programme politique de droite comme de gauche , à force de se passer de notre avis ,ils s'étonnent de l'abstention alors qu'ils ne se servent de nous que pour avoir la place!!!!!!

  • al Azar
    al Azar     

    Est-il le fournisseur de chair à canon ? Lahoucine Goumri, le président de l'Union des musulmans de Lunel, qui gère la mosquée El Baraka, a rompu le silence. Recevant quelques journalistes, dans le froid d'une mosquée encore vide en ce vendredi de prière. C'est à la demande du maire, Claude Arnaud, qu'il parle. Avant d'ajouter qu'avant, on lui avait demandé de ne pas s'exprimer.Il le répète : "La mosquée n'a rien à voir avec tous ces départs. Ce sont des départs individuels. Ils n'ont jamais concerté l'imam ou la mosquée. Les musulmans qui viennent à la mosquée sont des Lunellois et il n'y a aucun souci à Lunel. Il y a un problème à 6 000 km d'ici et on ne veut pas le ramener à Lunel."

    L'homme veut apaiser. Condamne-t-il pour autant les départs des jeunes de Lunel en Syrie ? "C'est leur choix. Je n'ai pas à les juger. Seul Dieu les jugera. Si on doit condamner quelque chose, il faut condamner ce qui est condamnable. Pourquoi condamner ces jeunes qui sont partis au nom d'une injustice en Syrie et pas ces Français qui sont partis et ont tué des bébés palestiniens avec Tsahal l'été dernier ? Pourquoi est-ce qu'une mosquée condamnerait, alors que les autres religions ne le font pas ?" Le président ne voit donc également pas pourquoi il ferait acte de prévention auprès des autres jeunes : "Je ne vois pas pourquoi je ferais un message, si dix personnes sont parties sur 6 000 musulmans, soit 0,04 % ? Les autres jeunes, ils ne partent pas. Pourquoi je parlerais aux jeunes ? Tous les Lunellois ne sont pas dans le délire de la Syrie." Pour lui, s'il doit y avoir prévention ou fermeture de site internet, c'est à l'État d'agir. Dès lors, quid des 0,04 % : Raphael, Houssem, Sabri, Hamza, Karim ? Les connaissait-il ? "Certains venaient à la mosquée, d'autres pas. Ils étaient gentils, intégrés, serviables, doux, bien éduqués. C'est un étonnement qu'ils soient partis." D'ailleurs, se l'explique-t-il ? "Il n'y a rien à comprendre. Ils se connectent sur internet, ils prennent un billet d'avion." Et d'ajouter que les intentions sont différentes selon les gens : jihad, raison politique...

Lire la suite des opinions (21)

Votre réponse
Postez un commentaire