En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
François Hollande à l'Elysée le 3 septembre
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Adret
    Adret     

    C'est ça, que "moi président, je" réfléchisse. Quand il aura trouvé une solution, il en fera part aux sans dents. C'était important qu'il nous signale cette réflexion sinon on aurait pu croire qu'il foutait rien, trop bête ! En même temps ça fait un moment qu'on sait qu'il n'a pas de limites au foutage de gueule.

  • Jean Jacques chollez
    Jean Jacques chollez     

    Y a-t-il des français qui reconnaissent le Résident de l'Élysée en President de la France !!! Le pays a déjà traversé des heures sombres depuis que les Lumières dirigent....l'agitation de la caste est le signe de leurs inquiétudes... Les élections à venir leur fait craindre le meilleur pour la France... Bye bye!

  • indiana33
    indiana33     

    l article que j ai lu et qui est tellement vrai comment le gouvernement peut-il à la fois justifier les bombardements en Syrie par le fait de vouloir empêcher des combattants de Daesh de venir commettre leurs méfaits en France à l'issue de leur entraînement militaire et laisser échapper un islamiste qui, lui, se trouve non seulement déjà sur le territoire français, mais au degré de plus haute surveillance qui soit, en théorie, puisqu'il est détenu ?

    Cette justification du revirement de la France opéré par François Hollande sur les bombardements en Syrie – hier impossibles, aujourd'hui nécessaires – était, on le sait bien, de pure circonstance. Mais elle se heurte désormais à cette réalité : comment surveiller les esprits radicalisés qui, eux, sont déjà sur le territoire ?

    La désinvolture de Christiane Taubira n'est pas un élément rassurant. Après avoir publié un communiqué où elle assure vouloir examiner "s'il y a lieu de modifier la législation applicable aux détenus", elle déclarait, mardi 6 octobre, lors des questions au gouvernement, qu'une telle circonstance ne permettait pas de polémiquer. Peut-être, à défaut, permet-elle de réfléchir… et d'agir

  • Jean Jacques chollez
    Jean Jacques chollez     

    Y a-t-il des français qui reconnaissent le Résident de l'Élysée en President de la France !!! Le pays a déjà traversé des heures sombres depuis que les Lumières dirigent....l'agitation de la caste est le signe de leurs inquiétudes... Les élections à venir leur fait craindre le meilleur pour la France... Bye bye!

  • grognon
    grognon     

    c'est pas un problème de législation, c'est un problème d'application. Hollande devrait réflechir à son départ.

    C J P
    C J P      (réponse à grognon)

    sans retraite sans prime , avec une plainte du peuple français , pour destruction de notre pays

  • Vendetta
    Vendetta     

    Ce n'est plus l'heure de réfléchir. Il faut maintenant agir! Virer Taubira! C'est urgent!

  • vestale
    vestale     

    On est sauvé ! Ils réfléchissent !!

    Glochide
    Glochide      (réponse à vestale)

    ça veut dire : le temps va passer , on n'en parlera plus !

  • Billy33380
    Billy33380     

    Pour moi c'est tout réfléchi, pas de sorties avant la fin de la peine !...

  • bernadete
    bernadete     

    bref il ne fera rien avant des lustres, il n'en pas la volonté et sa ministre de la justice peut être encore moins.

  • ¿
    ¿     

    Le pire ... le plus grave ... le plus désespérant ... c'est qu'il ne le fait pas exprès ... ;-)

    Adret
    Adret      (réponse à ¿)

    ou pas.

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire