Hollande : fin de l’état de grâce

La rentrée est difficile pour François Hollande. Les Français s'impatientent.

Adrien Gindre
Adrien Gindre
Le 29/08/2012 à 21:49
Mis à jour le 30/08/2012 à 8:05

Les sondages se suivent et la confiance ne fait que s'éroder. Moins 5 points pour TNS-Sofres, moins 5 points pour l'institut CSA, moins 11 points même pour Ipsos. François Hollande le pressentait : l'état de grâce serait de courte durée. Pour Bernard Sananès, président de l’institut de sondage CSA, "ce qui avait été jugé comme sa qualité pendant la campagne électorale, la volonté d'apaisement, la volonté d'aller à un rythme différent peut aujourd'hui être une critique, une attente de l’opinion qui attend des résultats, face contexte économique jugé difficile."

Communication enrayée

Le gouvernement paye les conséquences d'un été très critiqué, été d'inactivité disent certains, à droite comme à la gauche de la gauche. Bien plus fortement sanctionné en tout cas qu'il y a cinq ans. La communication du gouvernement Ayrault semble donc enrayée. Certains ministres réclament plus de pédagogie, d'autres plus de liberté face à un Premier ministre qui verrouillerait tout. La presse, déjà, s'interroge sur l'inertie de l'exécutif.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?