En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Martin Hirsch, Haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté était l'invité de Bourdin & Co vendredi 27 mars
 

Alors que se profile un décret pour interdire les bonus dans les entreprises aidées par l'Etat, Martin Hirsch dénonce un « déni de crise » chez certains patrons.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • GUYA
    GUYA     

    dommage qu'il n'a pas vu avant cette mascarade ,des gros financiers de ce pays.
    JE NE COMPREND PAS.

  • notule
    notule     

    Mais la Bourse, vous ne saviez
    pas que c'était fait pour
    financer les riches avec
    l'argent des pauvres ?
    La naïveté de l'être humain
    m'étonne. Vous croyez vraiment
    quelqu'un qui vous dit qu'il
    va faire "fructifier" votre argent, avec un grand sourire, sans que vous n'ayiez à trimer ? Il n'y a que les plus menteurs et maniuplateurs qui gagnent dans le système, les autres creusent et rament...

  • alain surmely
    alain surmely     

    Pour prolonger ce que vous dites on peut également rappeler que les stock-options,golden parachutes et autres bonus ne sont pas des "innovations" récentes du capitalisme mais existent depuis plusieurs décennies déjà.Beaucoup feignent de découvrir les réalités d'un système de répartition des revenus fondé sur la valorisation du capital et non du travail.A la faveur d'une des crises les plus graves du capitalisme(si non la plus grave)beaucoup prennent conscience,également,de l'inéquité et de l'absence d'humanité de ce système.Il y a bien une logique à ce "système" capitaliste:l'argent conditionne absolument tout balayant toute considération sur les valeurs humaines,les besoins des gens,la liberté humaine,les ressources humaines..etc.Sans pouvoir autoritaire(venu déjà à sa rescousse à plusieurs reprises dans le passé)le capitalisme n'a pas d'avenir.A mon sens ce n'est certainement pas l'horizon indépassable de l'humanité.Il faut bien inventer quelque chose de nouveau,de neuf tout en nous servant des expériences passées,y compris,bien sûr,celles qui ont été réussies,qui ont permis l'émancipation de l'humanité.Dans le cadre de l'Europe déjà il faut que les opinions pèsent pour changer de cap.Le néolibéralisme et son compère l'autoritarisme étatique ne sont parvenus jusque là qu'à prolétariser les individus(privés de leurs savoirs,de la finalité de leur travail,"aliénés")croyant parfois avoir atteint une prospérité matérielle quand leur vie n'a plus le moindre sens.Nous ne pourrons pas faire l'économie,dans notre critique radicale du système capitaliste,de questions essentielles parmi lesquelles celle du sens.Actuellement je crains que la réponse à cette question soit particulièrement dérangeante.L'actualité nous délivre inlassablement des nouvelles qui conduisent à préciser les qualifications du système dominant:profondément injuste,gaspilleur,autoritaire et violent.Trop souvent l'humanité sert de variable d'ajustement.C'est une question politique,posée en France,en Europe et donc bien sur la planète terre,la seule à ce jour qui est bleue,vue de loin.

  • caralb
    caralb     

    Je vois rien d'étonnant, tout va très bien. Tout le monde cautionne

  • JMHerman
    JMHerman     

    Beaucoup de patrons du CAC 40 ne travaillent pas avec leur argent mais avec celui des actionnaires. L'état de son côté prônent depuis longtemps l'actionnariat salarial, mais sans lui donner le moyen de contrôle et d'action. D'autre part, il faut aussi penser aux patrons qui ne sont pas au cac 40, qui sont les plus nombreux, qui travaillent et font tourner leur entreprise avec leur argent. Alors, que l'état fasse preuve de courage et sanctionne TOUS les patrons qui licencient uniquement pour servir les gros actionnaires et se servir au passage.

  • loire
    loire     

    Non les patrons ne vivent pas sur une autre planète, ils vivent sur la planète capitaliste tout simplement.
    Le capitalisme n'est pas réformable, encore moins refondable. La solution c'est l'économie basée sur les besoins des populations et des peuples. C'est à dire, la collectivisation des moyens de production et d'échange, en un mot le socialisme est la solution à la crise de l'humanité .

  • j2ailes
    j2ailes     

    mais qui le paye le rsa toi sur tes pauvres éconoimies

  • marielle68
    marielle68     

    Hirsch est comme les autres il répond que quand ça l'arrange...j'ai aimé quand Mr Bourdin lui a demandé s'il aurait défilé à la dernière grève s'il n'était pas au gouvernement..
    On peut le remercier pour le RSA.. qui ne touche pas les protégés du bouclier fiscal..

  • machia
    machia     

    Il faut vraiment que je change de planete celle des patrons me plait bien.
    Zut je suis encore sur ma planete ou je galere.

  • action4
    action4     

    C'est ignoble le cas NATIXIS. Je connais le cas d'un ami dont le père était entrepreneur en maçonnerie. Au décès du grand père il a vu un conseiller de la Caisse d'Epargne pour placer les maigres économies que lui avait laissé en héritage son grand'père. En 2001, suite au drame du WTC, il a perdu 4580 Euros. Il a fallu réagir à temps pour arrêter les dégâts ! La banque ne disait rien. Pour quelqu'un qui travaille dur au SMIG à la sueur de son front, perdre le peu l'héritage de son grand'père c'est déjà dur et immoral. Récompenser les traders, ceux-là même qui lui ont fait perdre l' argent de son grand-père, c'est indescriptible d'indéscence et d'ignominie !
    Ca pour vivre sur une autre planète, on vit vraiment sur une autre planète !.. Ce ne sont pas les gens honnêtes qui en sont récompensés mais les patrons-voyous et tout ce système de fraude fiscale organisée à notre insu depuis + de 30 ans !..

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire