En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Espionnage de la NSA: "La réponse de la France est ridicule", estime Guaino<br>
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Colibrick
    Colibrick     

    Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine.
    Nous pouvons affirmer que cette parution en langue française de l’Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine, est véritablement une œuvre de salubrité publique.
    En effet, grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière.
    L’auteur développe et explique à partir d’abondantes pièces d’archives que les élites anglo-saxonnes ont élaborées, dans la deuxième moitié du XIXè siècle, un véritable plan de bataille afin de permettre à l’Empire britannique associé aux Etats-Unis d’asseoir une hégémonie complète sur le monde. Cette volonté de puissance et de domination a été l’œuvre d’une poignée d’hommes liés intimement à la haute finance de la City et de Wall Street.
    Tout un groupe, issu de la haute aristocratie et bourgeoisie britannique en liaison avec une élite américaine, émerge. Fort d’un travail de bénédictin, Carroll Quigley recense les noms et expose les ambitions de cette « super classe » ou « famille technocratique » avant l’heure définie par des liens sociaux et familiaux étroits.
    Présenté par Pierre Hillard, ce grand livre de Carroll Quigley (1910-1977), professeur à l’université de Georgetown est paru en anglais après sa mort en 1981 [Il ne souhaitait pas être publié de son vivant...].

  • gussaoc
    gussaoc     

    Depuis 2012 on est plus dans la représentation émotionnelle que dans la gestion d'un pays!! il suffit d'un événement aussi triste que celui de Grenoble pour qu un ministre ou le président se rendent sur les lieux à grand frais des contribuables au lieu de bosser dans le bureaux et cabinets!! A t on fait le bilan financier de leur déplacement depuis le début de l'année; Là le "Sarko one" (tant décrié un temps) d'occasion on peut le remplacer par un tout neuf!!!

  • gussaoc
    gussaoc     

    Depuis 2012 on est plus dans la représentation émotionnelle que dans la gestion d'un pays!! il suffit d'un événement aussi triste que celui de Grenoble pour qu un ministre ou le président se rendent sur les lieux à grand frais des contribuables au lieu de bosser dans le bureaux et cabinets!! A t on fait le bilan financier de leur déplacement depuis le début de l'année; Là le "Sarko one" (tant décrié un temps) d'occasion on peut le remplacer par un tout neuf!!!

  • gussaoc
    gussaoc     

    Depuis 2012 on est plus dans la représentation émotionnelle que dans la gestion d'un pays!! il suffit d'un événement aussi triste que celui de Grenoble pour qu un ministre ou le président se rendent sur les lieux à grand frais des contribuables au lieu de bosser dans le bureaux et cabinets!! A t on fait le bilan financier de leur déplacement depuis le début de l'année; Là le "Sarko one" (tant décrié un temps) d'occasion on peut le remplacer par un tout neuf!!!

  • gussaoc
    gussaoc     

    Depuis 2012 on est plus dans la représentation émotionnelle que dans la gestion d'un pays!! il suffit d'un événement aussi triste que celui de Grenoble pour qu un ministre ou le président se rendent sur les lieux à grand frais des contribuables au lieu de bosser dans le bureaux et cabinets!! A t on fait le bilan financier de leur déplacement depuis le début de l'année; Là le "Sarko one" (tant décrié un temps) d'occasion on peut le remplacer par un tout neuf!!!

  • Ω
    Ω      

    Exact ... moi à la place de François ... j'aurais convoqué le directeur de Disneyland Paris ... pour lui remonter les bretelles ... ;-)

Votre réponse
Postez un commentaire