Gaz de schiste : Hollande laisse "les chercheurs travailler"

Lors de sa conférence de presse, le président a ouvert une porte à la recherche sur l'exploitation du gaz de schiste. A la satisfaction de l'UMP, mais contre l'avis de ses alliés gouvernementaux d'EELV.

M. T.
Le 14/11/2012 à 8:11
Mis à jour le 15/11/2012 à 14:29

François Hollande : "On m'avait dit il faut faire un choc de compétitivité, ça fait chic"


Hollande sur Valls : "ne polémiquons pas"


L'extraction du gaz de schiste par fracturation hydrolique, non. La recherche sur d'autres techniques d'extraction ? "Possible", a déclaré mardi François Hollande au cours de sa conférence de presse. "Je laisse les entreprises, les chercheurs travailler, et je prendrai mes responsabilités si une autre technique apparaît", a-t-il précisé.

Du côté d’Europe Ecologie-Les Verts, on a vu rouge : le parti au gouvernement est depuis toujours opposé à l’exploitation du gaz de schiste, et pas seulement à la technique d'extraction par fracturation hydrolique, interdite en 2011 car risquée pour l'environnement. Pour la député EELV Barbara Pompili, le gaz de schiste, "producteur de gaz à effet de serre", l'est aussi.

L'UMP satisfaite

En revanche, l'UMP, qui s'est toujours prononcé pour la recherche de méthodes d'extraction alternatives, a salué la prise de position de François Hollande. "Elle me va", a brièvement commenté le député de l'opposition Benoist Apparu sur BFMTV.

Mardi matin, le candidat à la présidence de l'UMP François Fillon avait déclaré qu'il "serait criminel de se passer des recherches" sur l'exploitation de cette énergie.

>> Sujet vidéo : Marion Banchais

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?