Info BFMTV : Hollande prévoit un retrait d'Afghanistan en 3 étapes

François Hollande a atterri à Kaboul ce vendredi matin pour une visite surprise de plusieurs heures en Afghanistan, pour se rendre auprès des troupes françaises.

BFMTV | Ulysse Gosset | MB | AFP
Le 25/05/2012 à 6:32
Mis à jour le 25/05/2012 à 14:23

Le chef de l'Etat est accompagné de Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius, ministres de la Défense et des Affaires étrangères et de l'amiral Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées.

Un retrait "ordonné" et "coordonné"

Le retrait des troupes françaises se fera de manière "ordonnée" et "coordonnée" avec les alliés de la coalition de l'Otan en Afghanistan, a déclaré ce vendredi 25 mai François Hollande en visite dans le pays.Le désengagement sera mis en oeuvre "en bonne intelligence avec nos alliés", notamment avec le président américain Barack Obama, a ajouté le président français depuis la base de Nijrab, en Kapisa, où sont stationnés la plupart des militaires français dans le pays.

Selon son entourage, le président, qui est également chef des armées, souhaite "expliquer lui-même" aux soldats français pourquoi il avait décidé d'anticiper leur retrait à la fin 2012, un an avant la date prévue par son prédécesseur Nicolas Sarkozy et deux ans avant celui du reste de la force de l'Otan. "C'est une décision souveraine. Seule la France peut engager la France. Elle sera mise en oeuvre en bonne intelligence avec nos alliés, notamment avec le président Obama, qui en comprend les raisons, et en étroite concertation avec les autorités afghanes", a affirmé François Hollande.

Un seul bataillon restera dans le pays et sera basé à Kaboul

François Hollande en visite surprise en Afghanistan devrait préciser le calendrier en 3 étapes du retrait des soldats français. Les troupes combattantes devraient rentrer d’ici à la fin de l’année. Les unités chargées d’assurer la protection de ce désengagement et de la logistique quitteront l’Afghanistan courant 2013 et  les soldats français envoyés au titre de la coopération et de la formation de l’armée et de la police afghane resteront sur place conformément et au traité de coopération conclu entre la France et en adéquation avec la feuille de route de l’Otan. Un seul bataillon resterait donc dans le pays et serait basé à Kaboul, disposant d’un hôpital de campagne, d’hélicoptères et d’une unité chargée de la formation et de la coopération.

Pour assurer le retrait des troupes française, l’état-major français met en place une opération logistique lourde, en coopération avec les forces alliées de l’Otan et les autorités afghane, afin d’assurer la sécurité du contingent français.

Un conseil de défense restreint s'est tenu ce mercredi

Un conseil restreint de défense a eu lieu ce mercredi 23 mai, réunissant François Hollande, Jean-Yves le Drian et Laurent Fabius, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, ainsi que le chef des états-majors de l'armée, afin d'organiser ce déplacement et de peaufiner ce programme de retrait en 3 étapes.

Résultats élections européennes 2014
La question du jour

Fruits et légumes: êtes-vous prêt à payer plus cher pour avoir plus de goût?