Les Français plus pessimistes en mars sur l'avenir de la France

Les Français sont davantage pessimistes en mars qu'en février sur l'avenir de la société française, selon un sondage mensuel CSA pour BFMTV.

A. G.
Le 23/03/2013 à 5:00
L'évolution du moral des Français depuis février 2011. (BFMTV)

L’embellie en début d'année aura été de courte durée. Les Français sont davantage pessimistes en mars qu'en février sur l'avenir de la société française, une baisse du moral qui s'explique par les difficultés économiques et sociales, selon un sondage mensuel de l'institut CSA pour BFMTV.

Quelque 68% des sondés se disent pessimistes pour l'avenir du pays, contre 60% le mois dernier, plus d’un quart des interviewés (27%) se disant même "très pessimiste". Cette chute significative s’avère beaucoup plus prononcée chez les retraités (25% d’optimistes, -16% par rapport à février) et les ouvriers (26%, -13), la déception et l'inquiétude étant plus modérées chez les cadres (41%, -4).

Pour expliquer ce regain de pessimisme, les quelque 3.015 personnes interrogées évoquent principalement les enjeux sociaux et économiques du pays, comme le chômage élevé et qui ne cesse de progresser, ou le pouvoir d’achat.

Un gouvernement sous le feu des critiques

Les récents événements à Chypre ont eux aussi retenu l’attention et semblent parfois réactiver les craintes quant aux conséquences de la crise des dettes souveraines. Ainsi, pour un ouvrier proche du Parti socialiste, "nous allons droit dans un gouffre sans pouvoir remonter; on ne va pas tarder à devenir comme Chypre".

Face à cette situation, des critiques émergent spontanément chez certains sondés à l’encontre du gouvernement, dont l’action semble renforcer l’anxiété des Français pour l’avenir. Celles-ci émanent fréquemment des électeurs de droite mais se rencontrent aussi à gauche. Une femme au foyer, sympathisante socialiste, pointe ainsi l’absence "de décisions tranchées du point de vue gouvernemental". Un retraité dénonce quant à lui "le manque de fermeté du gouvernement".

S’ajoute à cela des critiques portant davantage sur le fond. Elles illustrent le sentiment répandu d’une déconnexion entre les gouvernants et le quotidien des personnes interrogées. Un retraité proche de l’UDI dénonce des dirigeants qui "n'ont pas les pieds sur terre. Il n'y a que le monde financier qui compte et tant pis pour le bas de l'échelle".

Opération "séduction" jeudi soir pour Hollande

En toute logique, le moral des Français pour leur situation personnelle s’en ressent, avec un niveau d’optimisme en légère baisse. 57% des personnes interrogées se disent optimistes pour leur situation personnelle, soit 3 points de moins qu'en février. Ici encore, les retraités sont les plus anxieux: 50% se disent optimistes, contre 67% chez les 18-24 ans.

Pour un ouvrier, proche de la cinquantaine, "en travaillant à des cadences infernales je ne peux plus payer pour me soigner ou une panne de voiture et je me dis que ce n'est pas possible de travailler autant et de ne plus pouvoir y arriver".

Jeudi soir, le président François Hollande sera interrogé en direct sur France 2. L'occasion de s'expliquer face à ces Français déçus, et de tenter de les reconquérir.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?