Fillon, victime de "l'hostilité de la direction" de l'UMP

L'ancien Premier ministre assure devoir affronter depuis six mois l'hostilité de la direction de son parti.

L.B avec AFP
Le 14/11/2012 à 9:33
Mis à jour le 14/11/2012 à 10:27
 ( AFP)

François Fillon, qui brigue la présidence de l'UMP, assure mercredi avoir dû affronter depuis six mois "l'hostilité de la direction" de son parti.

"Après avoir été le chef de la majorité pendant cinq ans, depuis six mois, j'ai dû affronter en permanence l'hostilité de la direction de mon parti", accuse l'ancien Premier ministre sur RTL, rival du secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé.

François Fillon avait déclaré le 30 juin sa candidature à la tête du premier parti d'opposition.


"J'ai dû me battre pour être candidat - on m'a expliqué que c'était quand même très incongru d'organiser la division -, ensuite j'ai dû me battre pour avoir accès aux fichiers - ça m'a pris deux mois -, ensuite j'ai dû affronter des secrétaires départementaux qui interdisaient à mes partisans de faire campagne", détaille le député de Paris.

"Enfin, les électeurs de l'UMP reçoivent quasiment tous les jours, quand ce n'est pas deux fois par jour, des SMS et mails de Jean-François Copé financés par mon parti. Reconnaissez que c'est un peu agaçant de passer pour un agresseur quand on est une victime", lance-t-il.

Interrogé sur ses chances de victoire dimanche, jour du vote des adhérents qui départageront les deux postulants, il répond : "Il y a plus de probabilité qu'au grattage"...

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Etes-vous favorable à l'instauration d'un Smic jeune, inférieur au Smic?