En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L'ancien premier ministre a mis de côté les problèmes de l'UMP pour attaquer de front François Hollande et le FN.
 

VIDEO - En meeting à Strasbourg l'ancien Premier ministre a mis de côté les problèmes de l'UMP pour attaquer de front François Hollande et le FN, raillant le "casque du premier" et le programme "dangereux et absurde" des seconds.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • jean   louis
    jean louis     

    la bande a bono été de sorties???? la gauche et la droite c'est la mémé me??, i_l y- a que MARINE LE PEN qui pe nous sortir de ce fourbier

  • bill
    bill     

    J'ai oublier FABIUS ... " RESPONSABLE MAIS PAS COUPABLE"

  • vauban
    vauban     

    rien de neuf, ça date c'est du réchauffé , mais uniquement les citoyens européens ont ce droit ...

  • michel49
    michel49     

    La droite / gauche sont au bord du précipice et se rends compte que le FN monte de plus en plus , alors ces oiseaux là attaquent a tout vas , non seulement ils ruinent la France et en font cadeau aux étrangers , maintenant ils ont le droit de voter ( PERSONNE EN PARLE ) la part du gâteau est trop bonne !!!!!!!!!!

  • erwan75
    erwan75     

    bigre, ça c'est de l'argument ... décidément les "gardes barrières solfériniesques" sont de plus en plus niais ... à l'image de leur parti en pleine déliquescence ... :)

  • jackyguillet
    jackyguillet     

    les réactions de Fillon sont nuls

  • dnomyar
    dnomyar     

    bon avec cette faune Fabienne n'a plus de chance ....

  • epidermique
    epidermique     

    une commune et le maire sont tributaire de l'économie nationale que ce soit de droite ou de gauche, donc par obligation nous sommes contraint de faire de la politique. Quand il est programmé par le gouvernement actuel de faire 50 milliards d'euros d'économies, obligatoirement cela se répercutera sur les subventions octroyées aux municipalités et ainsi augmentera les impôts fonciers. Alors comment ne pas faire de politique? Ce gouvernement n'a aucunement l'intention de réduire son train de vie et nous allons en souffrir après ces élections.

  • epidermique
    epidermique     

    une commune et le maire sont tributaire de l'économie nationale que ce soit de droite ou de gauche, donc par obligation nous sommes contraint de faire de la politique. Quand il est programmé par le gouvernement actuel de faire 50 milliards d'euros d'économies, obligatoirement cela se répercutera sur les subventions octroyées aux municipalités et ainsi augmentera les impôts fonciers. Alors comment ne pas faire de politique? Ce gouvernement n'a aucunement l'intention de réduire son train de vie et nous allons en souffrir après ces élections.

  • vauban
    vauban     

    Quelques heures avant le grand meeting de soutien des ténors de l'UMP -Jean-François Copé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin- à Fabienne Keller, leur candidate investie à Strasbourg, son ex-partenaire du tandem à la tête de l'exécutif municipal et communautaire, Robert Grossmann, tire à boulets rouges sur ce parti, dont il se met "en congé".Je ne viendrai pas à ta réunion à Strasbourg pour deux raisons.
    La première est que les élections municipales sont des élections locales.
    Elles ont pour but de choisir un maire pour six ans. Cela concerne les Strasbourgeois et uniquement eux. En faire un enjeu national est une mauvaise affaire et ton argumentation consistant à dire « votez UMP contre Hollande » est négative.
    Elle est de plus trompeuse car quel que soit le résultat des élections municipales, Hollande ne partira pas et nous l’aurons sur le dos encore trois ans.
    Nationaliser les municipales participe d’un certain parigot-jacobinisme illusoire et d’un dogmatisme manichéiste peu compatible avec les exigences de gestion d’une grande ville.
    D’ailleurs sitôt ta réunion terminée, tu repartiras dans le monde médiatique parisien en laissant les candidats seuls face aux Strasbourgeois.
    Le seul argument qui devrait conduire les électeurs à voter UMP aux municipales, ce serait qu'ils pensent que la tête de liste UMP peut être un bon maire pour la ville.

    La seconde raison est plus profonde et moins conjoncturelle, elle concerne le fond de mon engagement.
    Je ne m’y retrouve plus dans ton UMP et, après avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de rompre et de mettre mon engagement en accord avec ma conscience.
    Je le fais avec une infinie tristesse ayant écrit quelques pages glorieuses des mouvements gaullistes : une formidable UJP avec des assises historiques en 1969, le lancement en politique et dans les médias d’un jeune étudiant, Nicolas, en 1975.
    C’était il y a longtemps certes.
    Je suis donc resté « encarté » dans un mouvement auquel j’ai adhéré il y a 56 ans. Il avait le beau nom d’Union pour une Nouvelle République et portait l’espoir de mes 18 ans.
    En créant l’UJP je me suis clairement situé comme gaulliste de progrès. J’ai milité de toutes mes forces, j’ai exercé des responsabilités nationales et locales.
    Mal à l’aise depuis un certain temps je n’ai pas brisé le lien par une sorte d’imbécile fidélité alors que tant de mes amis avaient rompu depuis longtemps.

    Aujourd’hui sonne pour moi l’heure du bilan et je songe à la phrase d’André Malraux :
    "Un homme est la somme de ses actes."
    Dès lors, comme je l’ai annoncé "je m’exprimerai avec une liberté d’autant plus ardente qu’elle est issue de la synthèse de mon parcours..."
    Je tiens aujourd’hui à recouvrer ma totale liberté.
    Aussi je t’adresse officiellement ma décision de me mettre en congé de ton UMP.
    Avec mes meilleures salutations.
    Robert Grossmann"

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire