En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Fadela Amara, ici avec Christine Boutin, a présenté les enjeux du contrat d'autonomie qu'elle compte mettre en place dans les quartiers
 

La Secrétaire d’Etat à la Ville Fadela Amara a présenté le contrat d’autonomie qui sera proposé aux jeunes des quartiers populaires dans le cadre du Plan Banlieue.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • COCOK
    COCOK     

    votre message relève de l'utopie.Maman et belle-maman de huit enfants il y a à la base des choses très simples à faire selon moi.
    1°- Au lieu de mettre les licences de sport à 100€ la licence d'un jeune, pourquoi ne pas la mettre à 30€. Ces subventions de l'Etat lui coûteraient moins cheres que l'enlèvement des épaves brulées la nuit en autre...
    2° Les hlm devraient mettre une pièce où les jeunes la nuit jusqu'à une certaine heure plus ou moins imposées (2 ou 3 h du matin) ou chacun pourrait discuter face à des médiateurs ou éducateurs qui bien qu' exercant un métier difficile, devraient être incités à finir plus tard une ou deux soirées par semaine (l'hotellerie et la restauration, les femmes de ménage, les infirmières, bref beaucoup de métiers y sont bien obligés...) de par l'évolution donnée à chaque métier
    3° Des poubelles extérieures enterrées ou protégées devraient être rajoutées dans les espaces verts des hlm. Ce qui éviterait les cannettes de bières un peu partout dans les buissons et puis avec l'évolution des cendriers incrustés aussi et nettoyés également et non à l'abandon ; Ce qui éviterait le fossé entre les anciens dans les hlm et les jeunes.
    Voici quelques unes de mes idées "avec un bon sens de paysan" simples et pas si onéreuses que cela puisse paraître..

  • Fortuna
    Fortuna     

    « Aller chercher les jeunes dans les cages d’escalier » c'est incroyable.
    S'il y a des stages à payer c'est nous encore qui allons payer pauvre classe moyenne. De toute façon pour avoir vécu dans les citées je peux vous dire que ces jeunes n'ont pas envie de bosser, c'est peine perdu.
    Je remarque dans ce pays que moins on en fou plus on est récompensé. Il m'est arrivé une fois d'avoir besoin d'aide les portes se sont fermées.
    J'en ai plus que marre de ce système. Les aides ne sont pas pour tout le monde...Mes enfants je les assume, je les éduque à bosser, je me suis battu pour partir du 93 pour pas les voir finir dans des cages d'escalier.

  • hedre
    hedre     

    Parce que tu crois que c'est la seule ?

  • angarskaya
    angarskaya     

    CETTE FEMME N'A RIEN A FAIRE DANS CE GOUVERNEMENT, SARKO A FAIT UNE ERREUR

  • taatou
    taatou     

    cela ne va pas être trés jolie à voir!
    Pourquoi ? tout simplement parce que l'on réduit l'intégration des jeues en exclusion " inconnu des dispositifs d'insertion" à une logique de chiffre, vont être proposé des emplois à des jeunes processus de désocialisation qui ne font là aucun choix particulier et qui ne travail pas leur motivations, attention à cette politique du chiffre qui a déjà fait plein de dêgats, surtout que là l s'agit d'accompagnement humain!

    ...j'ai été éducateur de rue en Seine Saint Denis, confronté à la politique du chiffre "payé plus d'activités de consommation afin de maintenir les subventions venant du département à un certain niveau, toujours plus Mc Do pour toujours plus de jeunes! résultat bcp d'argent, bcp de jeunes, qualitativement...NADA!!!"

    Aujourd'hui dans une structure du 18èmé à Paris, j'accueil des jeunes en exclusion du fait d'une scolarité interrompue trés tôt, vie familiale/sociale chaotique, de plus en prise à la toxicomanie (alcool,cigarette,cannabis,...) bon travail consiste à m'entretenir avec eux afin de connître et de confronter leur représentation sur le système d'intégration "français" de travailler avec eux afin qu'ils aient moins peur et plus confiance envers les institutions d'insertion tel que l'anpe, la mission locale etc etc ...mais même si madame Amara va chercher les jeunes dans les cages d'escalier, ils seront confrontés à la "rigidité" de ces institutions, il existe des formation à l'écoute et aux entretien motivationel, encore faut-il avoir envie de faire ce job de longue haleine, car c'est du temps madame Amara...et au fait, qui va allait chercher ces jeunes dans les cage'escalier? les éducs de rue déjà réduit à faire du loisir? qui va apprendre aux anpe et mission locale d'accueillir ces jeunes? ...

Votre réponse
Postez un commentaire