En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Jean-Guy Talamoni
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

56 opinions
  • sortilege
    sortilege     

    tous derrière le peuple corse , indépendance pure et dure !!!!!!

  • mamili
    mamili     

    ça commence bien ! ça finira comment est une autre histoire

  • RedOne
    RedOne     

    En 2015 certaines postures politiciennes, franciliennes, semblent avoir oublié quelques éléments relatés avec éloquence, en 1989, par le Premier ministre de l’époque Michel Rocard.


    ASSEMBLÉE NATIONALE - SÉANCE DU 12 AVRIL 1989
    M. Michel Rocard. Premier ministre.
    « La France a acheté les droits de suzeraineté sur la Corse à la République de Gênes, mais il a fallu une guerre pour les traduire dans les faits. (…). Nous perdîmes dans cette guerre davantage d’hommes que pendant la guerre d ' Algérie, deux siècles après. Pendant que nous construisions, sous la Ille République, notre démocratie locale, nos conseils généraux, nos libertés communales, la Corse était sous gouvernement militaire. Nous y avons très vite introduit le code civil, qui était contraire aux traditions successorales de l'île, niant par là le caractère communal collectif de bien des pacages et permettant des spoliations de terres dont on se souvient encore. En 1962, lorsque les premières centaines de terres mises en vente au profit de la paysannerie corse par la SOMIVAC furent réservées, à raison de 90 p. 100, à nos compatriotes de retour d'Algérie, en effet déshérités, il aurait mieux valu procéder à une autre répartition, entre la Corse et le continent, de la charge du rapatriement de nos compatriotes d'Afrique du Nord. (Applaudissement sur les bancs du groupe socialiste.) Nous avons porté à la Corse un coup dont vous savez qu'elle n'est pas encore tout à fait remise. Je n'insisterai pas sur ce point tout en soulignant devant l 'Assemblée la gravité de l'aspect foncier de cette affaire. Chacun d' entre nous se souvient du drame d ' Aléria : la vigne était un prétexte, mais le fond était une affaire de terres. (…)
    Le Gouvernement connaît l'histoire, sait la souffrance de cette terre, et notamment que, pendant la guerre de 1914-1918, à la différence de la Seconde Guerre mondiale, les critères de mobilisation n'étaient pas les mêmes sur tout le territoire : la Corse fut la seule à voir mobiliser jusqu'aux pères de six enfants. Elle y a perdu, par millier d'habitants, deux fois plus de ses fils que n'importe quel département de la France continentale, et elle ne s'en est pas remise du point de vue de l'activité agricole. »

  • sortilege
    sortilege     

    pas de polémique du furieux de l'assemblée notre matador d'opérette , étonnant !!!!!!!

  • Facebook-711589645592421
    Facebook-711589645592421     

    Imaginons que la Corse devienne un jour autonome. La mafia aura vite fait alors de prendre le pouvoir définitivement sur cette région et les Corses n'auront plus beaucoup de choix: supporter la corruption permanente, partir ou mourir.

  • blancdeblanc
    blancdeblanc     

    Mais mon cher Talamoni prenez votre indépendance, mais alors finies manières, finies subventions des contribuables français, finies carrières de fonctionnaires payés à rien faire, finies prébendes et combines de voyous corses, voyou corse est un pléonasme, je sais. Finie continuité territoriale, vous vous payerez les billets au plein ta

    blancdeblanc
    blancdeblanc      (réponse à blancdeblanc)

    Au plein tarif, comme les autres, les français qui vous engraissent depuis plus de deux siècles. Mais partez, et que l'on n'en parle plus!

  • beaudolo
    beaudolo     

    Et nous les "continentaux", les corses nous indifférent également et si vous voulez votre indépendance et bien les français vous la donneraient tout de suite, il suffit que ce gouvernement de couarss ose le faire ce référendum!

  • AMANITES
    AMANITES     

    AMANITES
    Espérons qu'il aura et auront autant de lucidité pour refuser les subventions de l'état Français

  • Limousine
    Limousine     

    Il faut donner l'indépendance à la Corse, et surtout les laisser se débrouiller pas d'aides sociales ( CAF, CMU et tant d'autres) .

  • marie58
    marie58     

    Ce que dit Paris leur indiffère et bien les con-tribuables eux en ont ras la bol de casquer pour des gens qui crachent dans la soupe. Ils veulent leur indépendance qu'on leur donne , il y a pleins d'autres iles superbes où aller passer nos vacances.

Lire la suite des opinions (56)

Votre réponse
Postez un commentaire