Désir : la "taxe à 75%" durera le temps du "redressement des comptes publics"

"Il n'y a pas eu de contradiction sur le fond au sein du gouvernement", a affirmé sur BFMTV le premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir après les déclarations de Jérôme Cahuzac et Pierre Moscovici sur la durée de la future taxe à 75%.

T.B.
Le 07/01/2013 à 9:03

Le premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir a réagi lundi aux propos du ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac, lequel a évoqué la veille la possibilité que le dispositif qui viendra remplacer l'imposition à 75% des revenus supérieurs au million d'euros, initialement présenté comme temporaire, puisse être appliqué pendant tout le quinquennat. Le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici avait quant à lui promis que cette taxe exceptionnelle ne pouvait être qu'une mesure "qui dure ce que dure la crise".

Qui croire ? "Il n'y a pas eu de contradiction sur le fond au sein du gouvernement", a affirmé sur BFMTV Harlem Désir. "Ils [les ministre, NDLR] ont dit qu'il fallait que l'on tienne des engagements.

"Il y a aura une nouvelle mouture de cette taxation exceptionnelle", a expliqué Harlem Désir au sujet de la censure de la taxe à 75% par le Conseil constitutionnel. "La loi sera réécrite [...] avant la fin de cette année. Quant à la durée de son application, cela se fera "façon exceptionnelle pour une durée de l'agenda du redressement des comptes publics", a dit le premier secrétaire du Parti socialiste. 

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?