Depardieu russe : "son coeur restera en France"

Ni choqués ni complaisants, les dirigeants, qu’ils soient politiques ou syndicaux, semblent plutôt lassés de s’exprimer à propos du feuilleton Gérard Depardieu.

Grégoire Pelpel
Le 04/01/2013 à 15:27
Mis à jour le 04/01/2013 à 16:30

L'affaire Depardieu, dont l'exil fiscal d'abord vers la Belgique et maintenant en Russie, n'en finit plus de créer la polémique. Alors que les Russes eux-même moquent l'acteur sur les réseaux sociaux, en France, la classe politique exprime une certaine lassitude. Oscillant toujours entre exaspération, dédain et regret.

Le député PS Jean-Christophe Cambadélis, interrogé sur RTL ce vendredi estime qu'"il ne faut pas donner à cette affaire plus d'importance qu'elle en a". Et de conclure : "C'est une citoyenneté russe de papier, je pense que le coeur de Depardieu restera français".

"Si Gérard Depardieu veut devenir russe, qu'il devienne russe !"

D'autres frisent l'exaspération. A l'image d'Henri Guaino, qui sur Europe 1 affirmait ce vendredi "si Gérard Depardieu veut devenir russe, qu'il devienne russe !". "Quand on aime son pays, on essaie de le servir, éventuellement de le transformer, de s'engager, surtout quand on lui doit beaucoup" a ajouté l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy.

Côté syndicats, si la CFDT et FO déplorent le soutien de Gérard Depardieu à Vladimir Poutine, Laurence Parisot, elle, appelle sur BFMTV à l’apaisement et surtout souhaite le retour de l’acteur. "Cela m’attriste beaucoup et je souhaiterai qu’un jour il dise "je reviens"" a indiqué la présidente du Medef.

Quant au gouvernement, il n'a toujours pas réagi, aux dernières déclarations de Gérard Depardieu.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Selon vous, le gouvernement Valls conduit-il une politique d’austérité?