En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
DÉBUT À L'ASSEMBLÉE DU MARATHON PARLEMENTAIRE SUR LA RÉFORME DES RETRAITES
 

Le marathon parlementaire sur la réforme des retraites commence ce lundi soir à l'Assemblée nationale où les Verts, le Front de gauche et l'aile...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    c'est de la Résistance

  • benoitclaude
    benoitclaude     

    Eric le bricolo ASSEZ !!!! trop de lyrisme pour ne rien dire , qui sera le lecteur de cette prose
    agitée et désordonnée, il faut laisser aux autres
    la possibilité de répondre, c'est du prosélytisme
    de gauche ?????????

  • monde meilleur
    monde meilleur     

    en résumé ... NON je ne suis pas prêt et je ne l'accepte pas, on nous raconte des salades , comme le dit Mr Mélenchon 2 actifs d'aujourd'hui produisent la même richesse que 3.5 personnes il y a 15 ans, donc ce n'est pas le nombre d'actifs qui compte, c'est le total de la richesse produite par le pays qui compte... le Monde et les médias on reprit en cœur parlent d'un déficit du régime des retraites de 2600 milliards.En 2050 cette richesse sera le double d'aujourd'hui, c'est-à-dire en 50 ans 80 000 milliards, la somme dont on parle c'est 3% de la richesse dégagée ...autrement dit si les gouvernements ne sont pas capables de faire ceci ce sont des incapables...si eux ne savent pas le faire Mr Mélenchon lui en est capable...déjà d'où sort ce chiffre de 2600 milliards c'est le journal le monde qui l'a décidé, journal de centre droit et les autres médias se sont empressés de s'en servir sans même avoir vérifié ...Rien que du bobard......

  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    Résistance

  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    1) Retraites : il n’y a pas de problème démographique

    Nous vivons plus longtemps, réjouissons-nous ! Ces années gagnées sont une conséquence du progrès des conditions de vie et du progrès social dont la retraite à 60 ans. Mais les inégalités d’espérance de vie demeurent : un ouvrier (soit 1/4 des salariés) vit en moyenne 6 ans de moins qu’un cadre. L’espérance de vie en bonne santé est aujourd’hui, en France, seulement de 61,8 ans. Et cette espérance de vie en bonne santé stagne ou recule dans de nombreux pays d’Europe, dont la France et comme l’Allemagne depuis que l’âge légal de la retraite a été reculé à 65 ans.

    Il n’y aurait plus que 7.6 retraités pour 10 actifs à l’horizon 2060 ? Oui mais avec des actifs qui produisent plus de richesses ! En 1900, la France comptait 1 agriculteur pour 3 habitants, aujourd’hui elle n’en compte plus que 1 pour 30 habitants. Connaissons-nous pour autant la famine ? Non car les progrès techniques ont amélioré le rendement de cette agriculture.

    C’est la même chose pour les retraites : la croissance multiplie les richesses chaque année, le PIB aura doublé en 2060. A nous de consacrer une part croissante des richesses à la solidarité nationale. Mieux répartir des richesses multipliées par 2 : voilà le défi des retraites à horizon 2060 !

    2) Retraites : il n’y a pas de problème de financement

    Cessons le catastrophisme : même dans les pires projections le déficit des caisses de retraites ne représente jamais que 0% à 3% du PIB. A quoi cela sert-il d’être une des premières économies mondiales si ce n’est pas pour consacrer une part de la richesse nationale à profiter en bonne santé de nos retraites ? Depuis 25 ans, la part des salaires dans la valeur ajoutée a baissé de 8 à 10 points : les profits ont augmenté d’autant et se sont envolé en spéculation sans bénéficier ni à l’investissement, ni à l’emploi. Rattrapons ce retard !

    Mais le déficit des caisses de retraites est aussi le produit des politiques d’austérité. Elles jettent la France et l’Europe dans une spirale récessive et entraîne la montée du chômage. Pour atteindre l’équilibre des retraites, il faudrait d’abord relancer l’emploi. D’ailleurs selon les scénarios de reprise de la croissance, les calculs montrent que les caisses de retraites retrouvent l’équilibre si le chômage baisse vraiment !

    3) Une réforme injuste et inadaptée qui fait d’abord baisser les pensions

    Le recul de l’âge légal de départ à la retraite et l’allongement de la durée des cotisations sont de fausses solutions : 60% des personnes sont hors emploi lorsqu’elles liquident leur droit à retraite, l’entrée sur le marché du travail se fait de plus en plus tardivement : 1 jeune actif sur 4 est au chômage. C’est dire si l’allongement de la durée des cotisations, va multiplier les retraites incomplètes : la première conséquence du recul de l’âge légal c’est d’abord de faire baisser les pensions. Il va donc aussi avoir pour effet mécanique de creuser le déficit de l’assurance chômage…

    Quelle est l’idée sous-jacente ? Faire baisser les pensions, c’est contraindre les salariés à cotiser pour une retraite complémentaire et développer les assurances individuelles et privées. Aujourd’hui les retraites représentent un flux de 245 milliards d’euros qui échappe aux marchés financiers. C’est bien à la finance que profite le crime !

    4) Un déni de démocratie

    Hollande veut mener rapidement cette réforme des retraites alors qu’il n’a pas été élu pour ça ! Pendant sa campagne présidentielle, il n’a jamais parlé d’allonger les cotisations. Au contraire, les français l’ont choisi pour dégager Sarkozy et sa réforme inique des retraites de 2010.

    Pire, lié par le traité européen (TSCG) qu’il n’a pas renégocié ni modifié d’une ligne, Hollande se soumet aux diktats de l’Union européenne et du FMI qui exigent des réformes structurelles de notre économie et de notre modèle social. C’est au peuple de choisir son modèle de société et de solidarité ! La Commission européenne appelle la France à augmenter « encore l’âge légal de départ à la retraite et la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein et en réexaminant les régimes spéciaux ». Ce n’est pas à la Commission européenne de dicter sa loi !

  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    Résistance

  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    Pour faire passer leur pilule amère de l’allongement de la durée de cotisation, Hollande et Ayrault ont largement communiqué sur les douze facteurs de pénibilité retenus dans leur projet.

    Premier constat : ces facteurs sont essentiellement physiques. Pour ne prendre qu’un exemple, alors même qu’il est prouvé que les troubles musculo-squelettiques ont une double origine, physique et psychologique, ce deuxième aspect de la pénibilité générée par le stress au travail est totalement ignoré.

    Deuxième constat : en limitant à deux le nombre de facteurs pouvant être pris en compte pour chaque salarié, le gouvernement ignore ce que les spécialistes appellent « l’effet cocktail », qui signifie que lorsqu’une personne est exposée en même temps à plusieurs facteurs de pénibilité, ils ne font pas que s’additionner, mais se combinent pour générer d’autres nuisances.

    Le projet propose un système dans lequel les salariés accumuleraient des points au fil des trimestres, en fonction de leur exposition aux facteurs de pénibilité retenus. On pourrait ainsi cumuler jusqu’à 100 points maximum, donnant droit à réduire de deux ans sa durée de cotisation. En pratique, il faudrait 25 ans pour atteindre les 100 points. Et au-delà de 25 ans de métier pénible, les salariés n’en verraient plus aucune prise en compte. Avec ce système, Ayrault invente le "progrès social à durée déterminée" : en 2035, ce dispositif permettrait au mieux de partir avec 41 ans de cotisation. Soit la situation qui existait jusqu’à l’an dernier. Quel progrès !

    Sur le fond, ce projet introduit le système par points dans le régime général. C’est-à-dire la logique des droits individuels, chère aux libéraux, contre les droits collectifs qui protègent ceux qui n’ont pas eu « la liberté » de faire des plans de carrière. C’est un pas de plus en direction du Medef, qui a déjà annoncé qu’il ne payerait pas ces mesures.

    S’il est temps de prendre en compte cette question, l’objectif premier doit être de faire reculer la pénibilité. Chaque travailleur doit avoir droit à une retraite en bonne santé. L’espérance de vie en bonne santé est déjà à 62 ans et elle régresse : pas question de reculer l’âge de la retraite!

    Aujourd’hui, déjà 80% des Français sont contre la réforme des retraites, bien plus qu’au début de la mobilisation en 2010. Résistance !

    Maxime Laisney

  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    Le vote contre l'austérité c'est le vote Jean-Luc Mélenchon
    Regarder la date

    http://youtu.be/ZHhOx6GZi9Q

  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    [Contenu Modéré]

  • ERIC LE BRICOLO MISERES
    ERIC LE BRICOLO MISERES     

    STOP A LA SPOLIATION DE NOS RETRAITES. l'argent pour financer les retraites existe. EXIGEONS UNE AUTRE RÉPARTITION DES RICHESSES CRÉÉES! * 1% d'augmentation des salaires = +2,5 milliards d'euros de ressources supplémentaires. *le montant de l'argent public redistribué chaque année aux entreprises par l’état français s’élève a 200 milliards d'euros,soit autant que l'ensemble des richesses créées par le secteur industriel français. *41 milliards d'euros DE DIVIDENDES ont été distribués en France par les entreprises du CAC40 si on taxait seulement 5% ces distributions,on reduiré des 2/3 le deficit annoncé pour 2020.CETTE TAXATION AURAIT LE DOUBLE AVANTAGE DE LIMITER LA DISTRIBUTION DE DIVIDENDES AU PROFIT DES SALAIRES. Depuis 1985 la part des dividendes versées aux actionnaires est passée de 5 a 25% des richesses crées par le travail des salariées. *21000 milliards de dollars sont stockés dans les paradis fiscaux soit sept fois plus que les dettes publiques de l'ensemble des pays du monde. Sources CGT


    CE QU'ILS DISSENT. il faut reculer l’age de la retraite parce que l’espérance de vie s’accroît de trois mois par an. C'EST L’ESPÉRANCE DE VIE A LA NAISSANCE QUI S’ACCROÎT DE TROIS MOIS PAR ANS! Or pour définir le besoin de financement des régimes de retraite il faut prendre en compte les gains existant a 60 ans....qui ne sont plus que de 1,6 a 1,7 mois par an



    CE QU'ILS DISSENT. les hausses de cotations sociales incitent les entreprises a délocaliser. LES ALLÈGEMENTS DE COTISATIONS SOCIALES ACCORDES AUX ENTREPRISES ATTEIGNENT PLUS DE 30 MILLIARDS D'EURO PAR AN .POURTANT CELLES CI CONTINUENT A DÉLOCALISER LEUR PRODUCTION. en effet les cotisation ne représente en moyenne qu'un tiers de la masses salariale Or ,en délocalisant les entreprises ne recherchent pas une économie sur les cotisations,mais veulent diviser leur masse salariales par trois ,quatre,voir plus
    CE QU'ILS DISSENT. En France ,le coût du travail est plus élevé qu'ailleurs. Pour apprécier le coût du travail,il faut tenir compte de la productivité du travail(la quantité de biens,services,ect..,produits en un temps donné) En Europe,et en tenant compte de cet indice ,le coût du travail est moins élevé en France qu'en Allemagne, au Danemark, aux Pays Bas,ect.

Votre réponse
Postez un commentaire