Crise à l'UMP : la popularité de Copé et Fillon au plus bas

Les sympathisants de droite ont une image de plus en plus dégradée des deux adversaires à la présidence de l'UMP, selon le dernier baromètre TNS Sofres.

A. G. avec AFP
Le 28/11/2012 à 17:39
L'image des deux adversaires s'est fortement ternie avec la crise à l'UMP (HORVAT/SAMSON-AFP)

Sans surprise, les cotes de popularité de François Fillon et de Jean-François Copé, principaux protagonistes de la crise à l'UMP, pâtissent lourdement de la situation. 

Les deux hommes perdent six points en un mois auprès des Français, et arrivent respectivement à 38% et à 20%, tandis que celle d'Alain Juppé, éphémère médiateur, grimpe de 4 points, selon le baromètre mensuel de TNS Sofres pour le Figaro Magazine.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls tient toujours la tête de ce classement, mais il subit une perte de sept points, à 39%.

Copé très bas

C'est auprès des sympathisants de droite que François Fillon, tout comme Jean-François Copé, subissent les plus lourdes pertes. Ainsi, l'ancien Premier ministre accuse 16 points de moins chez les sympathisants de droite (56%), et 10 de moins chez ceux de l'UMP (70%).

La situation est encore plus mauvaise pour Jean-François Copé, qui part de plus bas. Le président contesté de l'UMP perd 15 points chez les sympathisants de droite, à 34%, et 17 points chez les sympathisants de son parti, à 44%. Un coup dur pour celui qui, à l'heure actuelle, doit mener le principal parti d'opposition malgré une légitimité remise en question.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy, qui a échoué dans sa mission de médiation, perd deux points, à 33% chez l'ensemble des sondés, au même niveau que Jean-Louis Borloo, qui cède un point.

Parmi les autres responsables politiques, François Bayrou gagne trois points, à 29%, tandis que Marine Le Pen, à la 10e place du classement, est stable à 28%.

Suivez en direct les derniers rebondissements de la crise à l'UMP.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?