Copé ne demande pas le départ de Cahuzac

Le président de l'UMP a souligné la nécessité de "respecter la présomption d'innocence" à l'endroit du ministre Jérôme Cahuzac, objet d'une enquête préliminaire.

C.P avec AFP
Le 09/01/2013 à 8:51
Il faut respecter la présomption d'innocence "surtout lorsqu'il ne s'agit que d'allégations d'une certaine presse" a déclaré Jean-François Copé au micro de RTL mercredi. (Capture d'écran RTL)

Jean-François Copé, président de l'UMP, interrogé mercredi par RTL sur le ministre Jérôme Cahuzac, objet d'une enquête préliminaire, a souligné la nécessité de "respecter la présomption d'innocence".

"J'ai toujours été extrêmement clair et toujours considéré qu'on devait respecter la présomption d'innocence", a déclaré le député-maire de Meaux, interrogé sur un souhait de démission du ministre du Budget exprimé par Valérie Debord, déléguée générale adjointe de l'UMP.

"Allégations d'une certaine presse"

"Surtout", a insisté Jean-François Copé - qui occupa jadis le même poste au Budget - "lorsqu'il ne s'agit que d'allégations d'une certaine presse". "Combien j'aurais aimé, en d'autres temps - celui où nous étions nous-mêmes en responsabilité - que la gauche ne s'acharne pas comme elle le faisait", a soupiré Jean-François Copé, citant "Eric Woerth ou même Nicolas Sarkozy".

Une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale a été ouverte mardi par le parquet de Paris afin de vérifier si Jérôme Cahuzac a détenu un compte en Suisse, ce dernier assurant accueillir ce développement judiciaire "avec satisfaction".

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?