En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le président des Pays de la Loire, Bruno Retailleau, estime que le projet de référendum sur Notre-Dame-des-Landes est " de l'enfumage".
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Mat44BZH
    Mat44BZH     

    Ce n'est pas en abandonnant Notre-Dame-des-Landes qu'on réglera tout les problèmes !
    Ce n'est pas l'aéroport en lui-même le fautif, et il faut reconnaître que malgré une explosion du trafic aérien les avions sont nettement moins energivores qu'auparavant, ce qui est une bonne chose.
    Les constructeurs et les compagnies aériennes développent des stratégies visant à réduire leur emprunte énergétique, cela coûte des milliards bien entendu, tout ceci guidé par la promesse de la réduction des coûts.
    C'est bien là la véritable solution, sauf à abandonner le tourisme international et les affaires, Notre-Dame-des-Landes est un beau projet : le premier aéroport HQE construit en France, respectant les normes environnementales, alors que s'entêter à continuer d'exploiter l'actuel qui date de plusieurs décennies coûte très cher, et ne sera pas toujours en mesure de répondre à l'évolution contante des normes (celui-ci étant d'ailleurs contraint par sa proximité avec la réserve naturelle nationale du Lac de Grand-Lieu, zone humide classée d'importance internationale par la convention RAMSAR, et à mon sens bien plus importante à protéger que des zones agricoles entretenuent par l'homme ! Mais çà personne n'en parle, tout le monde s'en fou...).
    La question qui se pose aujourd'hui est la même que celle qui s'est posé pour le transfert du Bourget à Roissy. Imaginez un peu si ce transfert n'avait pas eu lieu !

  • ricle
    ricle     

    "Ce sont des gens ultra-violents, qui ont encore une fois défiguré, saccagé le centre-ville de Rennes le week-end dernier."
    Normal, les boutiques des commerçants de Nantes ne sont pas encore réparés.

Votre réponse
Postez un commentaire