En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
L'affiche de la CGT fait polémique.
 

Le ministre de l'Intérieur n'a pas apprécié la dernière affiche de la CGT sur les violences policières. Des politiques lui demandent de porter plainte.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

71 opinions
  • Jean-Moustafa
    Jean-Moustafa     

    Il n'y a que la vérité qui blesse, oui il y a des policiers qui font leur travail avec sérieux et déontologie et d'autre non et ce n'est surement pas un scandale de les dénoncer. Combien de fois j'ai vu des CRS frapper de manière totalement injustifiée des gens d'un certains age qui ont juste eu le tort de passer au mauvais moment au mauvais endroit. Malheureusement pour eux, maintenant tout le monde détient des smartphones et ça ça change tout, sinon c'était un dénie systématique.

  • Lepeleblanc
    Lepeleblanc     

    Il y a des radicalisés chez les cégétistes, et des salariés syndiqués qui sont manipulés; mais il faut reconnaitre aussi qu'il n'y a pas que des lumières à tous les étages chez les CRS et son commandement.

  • Loubencat
    Loubencat     

    Cette affiche est un scandale abject et un acte de trahison nationale dans une période où la France vit sous la menace des attentats.
    Ce n'est guère étonnant car dans une fonction de direction régionale au ministère de la justice j'ai eu à déplorer un tract de la CGT vis à vis des détenus qui était en déclinaison parfaite de haine des idées du front national
    Parfois la bêtise fait office d'identité commune et c'est triste

  • PAROLIER37
    PAROLIER37     

    J'ai assisté impuissant pendant plus de 30 années à l'agonie et à une mort lente du port de Marseille, ce grand port de commerce était constamment en grève et ce à cause des dockers de la CGT...!!! à l'actif de ce syndicat communiste : le naufrage financier du paquebot France, la paralysie des docks de Marseille et la cessation d'activité de la compagnie maritime SNCM...!!! plus les centaines d'usines, à travers la France, qui ont du mettre la clef sous la porte à cause de ces fondamentalistes ...!!!

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    MAFIA ET ASSOCIES
    QUI ETAIT SECRETAIRE GENERAL DE LA CGT EN 2014 ?
    la CGT l'a blanchi en avril, concluant qu'il n'avait "pas eu connaissance des devis" et avait "découvert les travaux une fois ceux-ci achevés".
    LE SILENCE EST D' OR !
    Des peines d’emprisonnement de 2 mois à 18 mois avec sursis, des amendes de 4.000 à 75.000 euros…

    Le 1er octobre 2014, la CGT, l’Humanité, le Parti communiste et sa nébuleuse opaque et corrompue ont été lourdement condamnés par le tribunal correctionnel de Paris.
    Malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, détournements de fonds !
    Douze condamnations ont été prononcées dans les rangs communistes et syndicaux pour malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, et détournements de plusieurs millions d’euros. La liste est aussi longue que pour un procès de la mafia.Et rien dans nos médias !
    Des têtes sont tombées dans le panier de crabe aux escrocs communistes en col blanc, et ont été publiquement humiliées. Les journalistes ont pris soin de les taire.

    Les voici :
    • Jean Lavielle, ex président du Comité d’entreprise EDF, a écopé d’une lourde condamnation : 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 4 000 euros d’amende – il était le principal inculpé et présidait le Comité d’entreprise EDF, la CCAS, ou Caisse centrale d’activités sociales,
    • Son ancien directeur général, Jean-Paul Blandino, en prend pour 8 mois de prison avec sursis.

    • La sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin écope de 10 mois de prison avec sursis pour emploi fictif grassement rémunéré par le CE alors qu’elle travaillait pour la fédération du parti
    communiste des Hauts-de-Seine.
    Elle siège toujours sans vergogne !

    • Jacques Lefèvre, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Jean-Paul Escoffier, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Aubrée, ex-président de l’IFOREP, 6 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Lazarre, ex-vice-président de la CCAS, 8 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • La CGT a été condamnée à 20 000 euros d’amende,
    • La fédération des Mines et de l’Énergie CGT, 20 000 euros d’amende,
    • L’Iforep, qui a détourné plus d’un million d’euros avec l’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende,
    • L’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende aussi.
    Au total, huit personnes et quatre organisations ont été condamnées.
    En juin, l’audience avait duré trois semaines, « trois semaines de silences gênés des médias »
    « Trois semaines de silences gênés dans les grands médias audiovisuels et les principaux quotidiens » fait remarquer Jean Nouailhac dans le Point – en précisant que « les quotidiens parisiens sont dépendants de la CGT pour être imprimés par le Syndicat du livre CGT » comme pour passer sous silence les connivences et liens idéologiques forts qui lient les uns aux autres.
    Le comité d’entreprise EDF, ou CCAS, détient plus d’1 milliard d’euros d’actifs et un budget de 500 millions d’euros par an – sans aucune raison – sur vos factures EDF.
    Et cette grosse machine à fric, caisse noire du Parti communiste, est entre les mains de la CGT !
    Silence de mort sur les condamnations fermes et lourdes des cols blancs de la CGT, du Parti communiste, du journal l’Humanité, et du fournisseur d’argent sale, le « comité » d’entreprise EDF.
    Seul Le Point numérique a eu le courage, parmi les média, de faire état de cette lourde condamnation,
    POURQUOI ?

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    MAFIA ET ASSOCIES
    QUI ETAIT SECRETAIRE GENERAL DE LA CGT EN 2014 ?
    la CGT l'a blanchi en avril, concluant qu'il n'avait "pas eu connaissance des devis" et avait "découvert les travaux une fois ceux-ci achevés".
    LE SILENCE EST D' OR !
    Des peines d’emprisonnement de 2 mois à 18 mois avec sursis, des amendes de 4.000 à 75.000 euros…

    Le 1er octobre 2014, la CGT, l’Humanité, le Parti communiste et sa nébuleuse opaque et corrompue ont été lourdement condamnés par le tribunal correctionnel de Paris.
    Malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, détournements de fonds !
    Douze condamnations ont été prononcées dans les rangs communistes et syndicaux pour malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, et détournements de plusieurs millions d’euros. La liste est aussi longue que pour un procès de la mafia.Et rien dans nos médias !
    Des têtes sont tombées dans le panier de crabe aux escrocs communistes en col blanc, et ont été publiquement humiliées. Les journalistes ont pris soin de les taire.

    Les voici :
    • Jean Lavielle, ex président du Comité d’entreprise EDF, a écopé d’une lourde condamnation : 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 4 000 euros d’amende – il était le principal inculpé et présidait le Comité d’entreprise EDF, la CCAS, ou Caisse centrale d’activités sociales,
    • Son ancien directeur général, Jean-Paul Blandino, en prend pour 8 mois de prison avec sursis.

    • La sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin écope de 10 mois de prison avec sursis pour emploi fictif grassement rémunéré par le CE alors qu’elle travaillait pour la fédération du parti
    communiste des Hauts-de-Seine.
    Elle siège toujours sans vergogne !

    • Jacques Lefèvre, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Jean-Paul Escoffier, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Aubrée, ex-président de l’IFOREP, 6 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Lazarre, ex-vice-président de la CCAS, 8 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • La CGT a été condamnée à 20 000 euros d’amende,
    • La fédération des Mines et de l’Énergie CGT, 20 000 euros d’amende,
    • L’Iforep, qui a détourné plus d’un million d’euros avec l’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende,
    • L’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende aussi.
    Au total, huit personnes et quatre organisations ont été condamnées.
    En juin, l’audience avait duré trois semaines, « trois semaines de silences gênés des médias »
    « Trois semaines de silences gênés dans les grands médias audiovisuels et les principaux quotidiens » fait remarquer Jean Nouailhac dans le Point – en précisant que « les quotidiens parisiens sont dépendants de la CGT pour être imprimés par le Syndicat du livre CGT » comme pour passer sous silence les connivences et liens idéologiques forts qui lient les uns aux autres.
    Le comité d’entreprise EDF, ou CCAS, détient plus d’1 milliard d’euros d’actifs et un budget de 500 millions d’euros par an – sans aucune raison – sur vos factures EDF.
    Et cette grosse machine à fric, caisse noire du Parti communiste, est entre les mains de la CGT !
    Silence de mort sur les condamnations fermes et lourdes des cols blancs de la CGT, du Parti communiste, du journal l’Humanité, et du fournisseur d’argent sale, le « comité » d’entreprise EDF.
    Seul Le Point numérique a eu le courage, parmi les média, de faire état de cette lourde condamnation,
    POURQUOI ?

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    MAFIA ET ASSOCIES
    QUI ETAIT SECRETAIRE GENERAL DE LA CGT EN 2014 ?
    la CGT l'a blanchi en avril, concluant qu'il n'avait "pas eu connaissance des devis" et avait "découvert les travaux une fois ceux-ci achevés".
    LE SILENCE EST D' OR !
    Des peines d’emprisonnement de 2 mois à 18 mois avec sursis, des amendes de 4.000 à 75.000 euros…

    Le 1er octobre 2014, la CGT, l’Humanité, le Parti communiste et sa nébuleuse opaque et corrompue ont été lourdement condamnés par le tribunal correctionnel de Paris.
    Malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, détournements de fonds !
    Douze condamnations ont été prononcées dans les rangs communistes et syndicaux pour malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, et détournements de plusieurs millions d’euros. La liste est aussi longue que pour un procès de la mafia.Et rien dans nos médias !
    Des têtes sont tombées dans le panier de crabe aux escrocs communistes en col blanc, et ont été publiquement humiliées. Les journalistes ont pris soin de les taire.

    Les voici :
    • Jean Lavielle, ex président du Comité d’entreprise EDF, a écopé d’une lourde condamnation : 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 4 000 euros d’amende – il était le principal inculpé et présidait le Comité d’entreprise EDF, la CCAS, ou Caisse centrale d’activités sociales,
    • Son ancien directeur général, Jean-Paul Blandino, en prend pour 8 mois de prison avec sursis.

    • La sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin écope de 10 mois de prison avec sursis pour emploi fictif grassement rémunéré par le CE alors qu’elle travaillait pour la fédération du parti
    communiste des Hauts-de-Seine.
    Elle siège toujours sans vergogne !

    • Jacques Lefèvre, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Jean-Paul Escoffier, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Aubrée, ex-président de l’IFOREP, 6 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Lazarre, ex-vice-président de la CCAS, 8 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • La CGT a été condamnée à 20 000 euros d’amende,
    • La fédération des Mines et de l’Énergie CGT, 20 000 euros d’amende,
    • L’Iforep, qui a détourné plus d’un million d’euros avec l’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende,
    • L’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende aussi.
    Au total, huit personnes et quatre organisations ont été condamnées.
    En juin, l’audience avait duré trois semaines, « trois semaines de silences gênés des médias »
    « Trois semaines de silences gênés dans les grands médias audiovisuels et les principaux quotidiens » fait remarquer Jean Nouailhac dans le Point – en précisant que « les quotidiens parisiens sont dépendants de la CGT pour être imprimés par le Syndicat du livre CGT » comme pour passer sous silence les connivences et liens idéologiques forts qui lient les uns aux autres.
    Le comité d’entreprise EDF, ou CCAS, détient plus d’1 milliard d’euros d’actifs et un budget de 500 millions d’euros par an – sans aucune raison – sur vos factures EDF.
    Et cette grosse machine à fric, caisse noire du Parti communiste, est entre les mains de la CGT !
    Silence de mort sur les condamnations fermes et lourdes des cols blancs de la CGT, du Parti communiste, du journal l’Humanité, et du fournisseur d’argent sale, le « comité » d’entreprise EDF.
    Seul Le Point numérique a eu le courage, parmi les média, de faire état de cette lourde condamnation,
    POURQUOI ?

    Loubencat
    Loubencat      (réponse à L'imprécateur)

    Il faut de temps en temps faire quelques rappels

  • ELIAS
    ELIAS     

    il y a longtemps que ce syndicat de haine aurait dû être interdit .

  • dany-tou
    dany-tou     

    "Proteste" .....de quelle façon ?

  • dany-tou
    dany-tou     

    "Proteste" .....de quelle façon ?

Lire la suite des opinions (71)

Votre réponse
Postez un commentaire