En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Michel Barnier, ministre de l'Agriculture et de la Pêche
 

Invité sur RMC jeudi 22 mai, Michel Barnier, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, inquiet pour l’avenir énergétique de notre société, prône la modération.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • FJR 1300
    FJR 1300     

    Ils ont la mémoire courte nos ministres,il y a peu le gouvernement de Jacques Chirac prônait la mobilité,donnait même des primes pour que les français se déplacent pour trouver du travail,et ce sont les mêmes individus qui demandent aujourd'hui la modération,ce sont des girouettes qui ne méritent que le mépris,des énarques imprévoyants qui ne sont pas digne de gouverner.
    Foutez les dehors.

  • alainprenant
    alainprenant     

    Aujourd'hui la pêche française est le nez dans le mur. La France, un des pays d'Eurpe à avoir le plus de côtes, n'a pas su prendre le virage écologique et moderne du développement des fermes marines. Depuis des millénaires, l'homme a abandonné la cueillette et la chasse pour nourrir les populations. La pêche est restée le dernier bastion de la cueillette (les Fruits de mer !), les barques de pécheurs ont laissé la place à de véritables usines marines qui, outre la pollution et le gaspillage de ressources et d'énergie qu'elles entrainent, pillent les réserves marines, souvent dans les lieux mêmes de reproduction (Golfe de Guinée par exemple). Il faut arrêter ce massacre écologique et économique, sauver les océans, nourrir autrement les populations en développant des fermes marines non-polluantes. Là est le salut des industriels de la mer, là est un gisement important d'investissements rentables et utiles. Reconvertissons les grands armateurs, laissons la pêche aux artisans avec de petits bateaux qui ne détruiront pas les fonds marins et préléveront peu ; pourquoi pas d'ailleurs des bateaux à double énergie : voile et électricité ?
    De grâce, cessons de vouloir livrer des combats d'arrière garde couteux et inutiles, concentrons nos forces sur l'anticipation, l'adaptation et le réalisme.

Votre réponse
Postez un commentaire