Banlieues : pas de "plan Marshall" mais "le retour de l'Etat"

Le "plan sur les banlieues" du gouvernement a été détaillé mardi lors d'un comité interministériel à Matignon. En voici les principales mesures.

D. N. | Mélanie Vecchio | Fabien Crombé
Le 19/02/2013 à 8:22
Mis à jour le 19/02/2013 à 21:04

Ce qu'il faut retenir • 1.000 quartiers prioritaires

• 30% d'emplois d'avenir pour les quartiers

• 2.000 "emplois francs" expérimentés

• Renforcement de l'encadrement scolaire

Echec de la politique dans les banlieues : un rééquilibrage s’impose


Banlieues : Le pari qatari ?


Le gouvernement a assuré mardi que l'Etat était "de retour" en banlieue et annoncé une série de mesures qui, faute de marge de manoeuvre budgétaire, visent surtout à mieux orienter les moyens existants vers les quartiers en difficultés.
    
"L'Etat est de retour dans les quartiers. L'Etat républicain est de retour, celui de l'égalité", a déclaré le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l'issue d'un Comité interministériel des Villes (CIV), qui a rassemblé 20 ministres à Matignon.

>> A lire aussi - Pourquoi le Qatar dépense des millions pour les banlieues françaises

1.000 quartiers prioritaires

Parmi les 27 propositions formulées mardi, certaines se détachent, comme celle de la délimitation de 1.000 quartiers prioritaires. Aujourd’hui, l’argent est saupoudré sur 2.500 quartiers en difficulté ce qui, selon le gouvernement, entraîne une trop grande dilution des moyens. Pour sélectionner ces zones, les experts gouvernementaux ont choisi un critère : à savoir le nombre de foyers en dessous du revenu médian des foyers français.

Mais contrairement au plan mis en place sous Nicolas Sarkozy, aucun crédit spécifique ne sera alloué. A la place, une réorientation des dépenses publiques, ministère par ministère, devra être mise en œuvre.

2.000 emplois "francs" dans dix villes

Plusieurs mesures portent également sur la lutte contre le chômage : ainsi, 30% des 150.000 emplois d'avenir seront réservés aux jeunes de 16 à 25 ans.

Par ailleurs, 2.000 emplois francs seront expérimentés dans dix villes pilotes telles Amiens, Marseille ou encore Grenoble. Ces emplois prévoient une subvention de 5.000 euros pour l’embauche d’un jeune issu d’un quartier sensible.

L'encadrement scolaire sera également renforcé dans ces zones.

>> A lire aussi - L'Etat va subventionner 2.000 "emplois francs" en 2013

Pas de "plan Marshall"

le gouvernement n'a pas l'intention de lancer "un plan Marshall des banlieues" ni "un plan de sauvetage miraculeux imaginé dans un cénacle ministériel", a martelé Jean-Marc Ayrault.

Les 27 mesures adoptées mardi, préparées depuis des mois par le ministre délégué à la Ville François Lamy en concertation avec les acteurs du secteur, se font d'ailleurs à budget constant.

Ainsi, aucun chiffre n'est donné pour la poursuite de la rénovation urbaine, bien que le CIV entérine le lancement d'une nouvelle génération d'opérations, promesse de campagne de François Hollande.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?