En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports était l'invitée de Bourdin & Co mercredi 11 février
 

Alors que les députés examinent son projet de loi « Hôpital Patients Santé Territoires », Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, en détaille quelques mesures et se montre optimiste face au problème du déficit de l'hôpital public.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • DU BALAI
    DU BALAI     

    Démission Mme Bachelot! Comment se fait il qu'elle soit encore en poste celle-ci? Elle a ruiné en partie les Caisses de Sécurité Sociale en achetant d'une manière inconsidérée des vaccins pour une PSEUDO grippe (que sont ils devenus d'ailleurs ces vaccins si chèrement payés? Ce serait une bonne question M. Bourdin! Qu'elle ne touche plus à rien!

  • paul2
    paul2     

    Que l'état rembourse a la sécu ce qu'il lui doit et que l'on arrête d'augmente les honoraires des médecins, la sécu est devenu un puits sans fond et les bénéfices monstrueux des laboratoires

  • mask
    mask     

    on parle de 10 milliards de déficit pour la sécurité social. combien de milliards pour abaisser les impôt des plus riche avec la loi TEPA. combien de milliards sortis pour aider les banques. combien de milliards d'exonération sociales pour les entreprises chaque année?

  • riri11
    riri11     

    me bachelot nous dit que le deficit n est pas une fatalite normal la fatalite c est elle de l avoir nommer a la santee elle est superd incmpetante

  • Bernard346935465876487654687a654654
    Bernard346935465876487654687a654654     

    Il faut, à mon avis, arrêter de parler de déficit de la Sécurité Sociale.
    Il y a des besoins qu’on doit satisfaire et certains augmentent (vieillesse par exemple). S’il est légitime de contrôler que l’argent n’est pas gaspillé, un service public ne peut pas être géré d’une manière uniquement comptable. On ne peut donc pas parler de déficit.
    Car l’assurance maladie est un service public qui est financé par les cotisations et les impôts.
    De même, lorsqu’un service quel qu’il soit coûte plus cher, on paye plus pour l’obtenir et c’est normal.

Votre réponse
Postez un commentaire