Réforme du système de santé : Ayrault lance le chantier

La Premier ministre a plaidé vendredi en faveur d'une "réforme structurelle de notre système de santé".

M.G. avec AFP
Le 08/02/2013 à 14:59
Mis à jour le 08/02/2013 à 15:15
Jean-Marc Ayrault en faveur d'une réforme structurelle du système de santé (AFP)

Afin d'éviter la mise en place d'une médecine "à deux vitesses", et même si cela peut prendre "dix ans", Jean-Marc Ayrault s'est dit prêt vendredi à Grenoble à réformer le système de santé. Revue de détails de cette réforme.

> Un comité des sages

Un comité des sages, composé de hautes personnalités du monde de la santé et de la recherche sera chargé de penser la réforme. La coordination des travaux sera confié à Alain Cordier, inspecteur général des finances et ancien directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

> La mise en place d'une "médecine de parcours"

Cette réforme consistera, en premier lieu, à mettre en place une "médecine de parcours". "Il faut cesser de concevoir la médecine comme une succession d'actes ponctuels et créer une médecine de parcours qui repose sur la coopération des professionnels et l'implication des patients", a ainsi précisé Jean-Marc Ayrault.

> Un effort contre les déserts médicaux

Les moyens des ARS (agences régionales de santé) devraient également être renforcés, a assuré le Premier ministre, qui appelle à la poursuite des "efforts contre les déserts médicaux", souhaitant qu'une "réflexion" s'engage sur la formation de tous les professionnels de santé.

> Recherche et prévention en priorités

Quant à la recherche médicale, elle sera "l'une des priorités du prochain agenda stratégique de la recherche".
    
Le Premier ministre a ainsi mis l'accent sur la prévention, qui représente seulement "2% des dépenses de santé" et la santé mentale : "Ces réformes trouveront leur place dans la loi de santé publique qui sera votée l'an prochain".

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Selon vous, le gouvernement Valls conduit-il une politique d’austérité?