En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La chancellière allemande Angela Merkel, le 16 avril 2013
 

Les relations franco-allemandes sont au cœur des éditoriaux lundi après des déclarations socialistes jugées "irresponsables" par certains.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • sarah040000
    sarah040000     

    nous ne devons pas nous mettre en retrait de l'Allemagne et conserver une ligne avec l'allemagne ..le contraire serait très dommageable pour la France .... ces socialos ne peuvent s'empêcher de rejeter aux autres leurs responsabilités et leurs erreurs !!! c'est vraiment de l'intelligence ras des paquerettes mais comment s'étonner

  • strato
    strato     

    La ruine de la nation Française, et son déclin évident, n'est pas le fruit d'un hasard, ou d'une quelconque
    malédiction. Les divisions de son Peuple, la malhonnêteté de sa classe politique et les manœuvres d'une véritable
    oligarchie participent à cet effondrement historique que nous peinons pour le moment à cerner en totalité.
    Partout la frénésie de l'idéologie du chaos s'abat, et partout nous en constatons les conséquences. Nous
    voyons combien notre économie, et l'ensemble des structures sociales qu'elle sous-tend, s'abîme dans une
    logique importée : celle de la concurrence de tous contre tous, celle du productivisme, celle de l'exploitation sans
    limite, celle de la dictature de la dette. Nous constatons combien notre patrimoine culturel, moral et éthique,
    s'érode sous les assauts répétés de nouveaux principes véhiculés par l'idéologie dominante, ceux de
    l'individualisme et de la superficialité, ceux d'une anomie qui désagrège les piliers fondamentaux de notre
    société. Nous percevons la profonde dérive qui a perverti la République, vidant de sa substance une démocratie
    qui se résume désormais à une triste caricature qui ne trompe plus personne. Nous subissons l'intégration forcée
    dans une Union Européenne que nous avions rejeté, et dont la nature va à l'encontre de notre identité, bafouant
    une souveraineté pour laquelle nous avons combattu durant des siècles. Nous réalisons le degré gigantesque
    des bouleversements écologiques qui émanent d'un système fondamentalement destructeur, et dont la
    caractéristique première est d'aller à l'encontre de la Vie, sous toutes les formes qu'elle revêt, de la détruire dans
    une célébration quotidienne
    de la mort, de l'inanimé.
    Comprenons bien que le monde d'aujourd'hui ne laisse aux consciences dignes qu'une possibilité, celle de
    l'insoumission. Notre honneur, aujourd'hui, s'appelle dissidence. Nous savons que nous n'avons rien à attendre
    des élections à venir : le Peuple les a déjà perdu. Nous savons que face aux trahisons conjointes des
    organisations partisanes ou syndicales, la France ne peut compter que sur le soulèvement populaire pour
    renverser le cours de l'Histoire. Notre nation nous appelle, face à la dictature hédoniste et insupportable du
    capitalisme, qui résume l'humain à un consommateur fanatique, et qui a entrepris de saccager cet édifice de
    symboles, et de signes, qu'était l'Homme civilisé.
    J'adresse aujourd'hui un appel solennel aux Français de toutes tendances, de toutes confessions, et de
    toutes origines. Je m'adresse à chacun d'entre vous, héritiers de la France combattante et révolutionnaire,
    populaire et laborieuse. Levons-nous. Sortons des logiques qui nous ont été imposées. Débarrassons-nous des
    intermédiaires, qu'ils soient politiques ou économique. Reprenons l'initiative.
    J'appelle à la dissidence de chacun, à la résistance individuelle et collective face à la tyrannie du monde
    marchand et de l'idéologie de la décadence. Soutenons des initiatives économique locales et alternatives,
    désertons les bureaux de vote, clôturons nos comptes bancaires, lançons une assemblée constituante.
    Désobéissons. Organisons notre résistance. Coordonnons nos efforts.
    L'oligarchie anachronique qui s'est accaparé l'ensemble des leviers du pouvoir devra dorénavant faire face
    à une dissidence insaisissable et multiforme. De façon méthodique et systématique, nous combattrons ce pouvoir
    sous toutes ses facettes. Notre stratégie est aussi imparable que redoutable. Cesser de cautionner le Système,
    c'est le condamner.
    Nous refusons la mascarade électorale, et la corruption de nos consciences. L'oligarchie s'est lancée dans
    une guerre contre notre Peuple.

Votre réponse
Postez un commentaire