En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Après Cahuzac mardi, vendredi c'est Sarkozy
 

La mise en examen de Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse dans l’affaire Bettencourt a provoqué un choc qui dépasse largement les frontières de l’UMP. Sa garde rapprochée observait hier soir un silence total.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

24 opinions
  • boule30
    boule30     

    elle est belle la politique Française, UMPS même parti, même voleurs !!!!

  • kaskiwo
    kaskiwo     

    levez vous !

  • CRT
    CRT     

    Une catégorie de Français est oubliée par la gauche et ses médiats: la gauche les ignore, royalement. Cet après-midi les proscrits protesteront à nouveau, à Paris, contre un gouvernement qui les méprise. La spectaculaire omerta sur les appels à manifester, lancés par la Manif pour tous, révèle l’hostilité du pouvoir et de ses médias. Les rassemblements ont été refusés aux Champs-Élysées, à la Concorde, aux Invalides. L’avenue de la Grande-Armée sera, en fin de compte, le rendez-vous. Ces embûches ont peu de chance de décourager. Cette deuxième mobilisation de masse contre le mariage homosexuel pourrait même se transformer en une opposition aux projets sociétaux et à la politique de François Hollande. L’erreur serait de sous-estimer, une fois de plus, cette affirmation de la société civile. Elle est le symptôme de la crise de la politique, de sa perte d’autorité, de sa morgue craintive.

  • barbo
    barbo     

    Comment Hollande va affronter son impopularité majeure et parvenir à renverser le courant, à rallier à sa bannière en loques un peuple de gauche minoritaire dans le pays et un électorat qui ne vous a porté au pouvoir que sur un malentendu, par défaut, parce que le rival avait déçu une partie par trop importante de son propre électorat en refusant pendant cinq ans de mettre en pratique la politique – de droite – qu’il avait annoncée ?

    Comment se tirer de ce mauvais pas alors que l’on est parvenu en moins d’un an à exaspérer la « France de droite » et à décevoir profondément la « France de gauche » ?

    Bon sans, mais c’est bien sûr ! En s’inventant des ennemis idéologiques acharnés à votre perte, des suppôts de la réaction suffisamment menaçants pour remobiliser votre camp.

    Ces ennemis rêvés, François Hollande les a trouvés en ravivant la flamme de la vieille hostilité de la gauche à l’encontre du catholicisme, accusé d’entraver la marche du Progrès en s’opposant au projet de loi sur le « mariage pour tous » et de fournir l’essentiel des manifestants des 13 janvier et 24 mars.

    Après tout, vaut-il pas mieux laisser son nom dans l’histoire comme un nouveau « petit père Combes » que comme le Pingouin ?

    Malheureusement, la manif du 13 janvier avait plutôt ressemblé à la grande parade des bisounours qu’à l’offensive menaçante des nervis fascistoïdes de l’intégrisme religieux. Qu’à cela ne tienne ! Surfant sur le profond mécontentement qu’a suscité sa politique méprisante au lendemain d’un mouvement qui a quand même fait descendre sur le pavé parisien un Français sur soixante, François Hollande et son gouvernement ont délibérément choisi de provoquer ce peuple en colère, en interdisant les Champs-Elysées aux manifestants du 24 mars. La nouvelle, tombée à quelques jours de la date fixée, était destinée à semer le doute et l’incertitude.

    En outre, le pouvoir peut espérer qu’une partie au moins des manifestants, parmi les plus déterminés et les plus exaspérés, tenteront quand même de se rendre sur les Champs-Elysées : il pourra ainsi s’ériger à peu de frais – espère-t-il – en garant de la sacro-laïque légalité républicaine et, auprès des « forces de Progrès », en adversaire de l’obscurantisme clérical. Moyennant quoi, dans la grande tradition héritée de 1905, il provoque pour réprimer.

    Il faut dénoncer cette manœuvre cynique en avertissant haut et fort François Hollande et son gouvernement que si des dérapages, des incidents, voire des accidents venaient par malheur à se produire, ils en seraient eux et eux seuls responsables.

  • tok
    tok     

    MEME LES MEDIAS??????

  • bypy
    bypy     

    Tiens tiens comme c'est intéressant qui rendait visite à Mr et Mme Betencourt autre que Mr Sarkozy ? Mrs Sapin, Berregovoy, Vedrine et Chirac. Dans le lot il y avait les donneurs de leçons patentés. Pourquoi ces visites ? Peut-être pourraient-ils éclairer notre lanterne, car ils auraient fait eux plusieurs déplacements ... (Tout au moins plus nombreux que ceux de l'ex Président) Mr Gentil pourrait être aussi intéressé par ces visites. Apparemment si l'on comprend bien les Bettencourt recevaient beaucoup de nos élus.

  • luxuriance
    luxuriance     

    Cette enquête a débuté depuis pas mal de temps et il fallait s'attendre à ce qu'elle évolue.
    Pour cette mise en examen le juge doit avoir réuni assez de preuves mais devra ensuite prouver une éventuelle culpabilité.
    Nous ne sommes pas surpris de la continuité de cette enquête. Si elle avait été clôturée nous aurions été certainement étonnés. Laissons faire la justice.

  • dupont13
    dupont13     

    Merci à ce juge Jean-Michel Gentil et aux témoins qui ne lâchent rien. Espérons qu'il ne passe pas au travers comme temps d'hommes politiques, ou dans d'autres affaires le concernant. C'est bien également de ne pas attendre 20 ans pour le juger. Au fait Hollande ne devait-il pas enlever l'immunité présidentielle... encore une promesse...

  • CHAGA
    CHAGA     

    Tant qu'il y aura de l'argent...Nous verrons les suites, pour le moment tout ce joli monde est innocent. Ce qui hurlent voudraient faire condamner leurs "amis" qu'ils ne s'y prendraient pas mieux. Non CQFD, M. Wauquiez ?

  • Mario 2
    Mario 2     

    La justice n'est pas indépendante. C'est évident
    Après l'affaire cahuzac il fallat trouver quelque chose à droite...alors Sarko c'est le pion essentiel pour plomber la prochaine élection prédientielle car les affaire trainenttoujours plusieurs années et pendant ce temps on ne parle plus de notre quotidien

Lire la suite des opinions (24)

Votre réponse
Postez un commentaire