Les "Amis de Sarkozy" en rangs serrés

Le colloque de l'Association des amis de Sarkozy a ouvert mercredi matin, pour évoquer le bilan de l'ancien président dans le domaine des affaires étrangères.

Magali Rangin avec AFP
Le 20/02/2013 à 11:37
Mis à jour le 20/02/2013 à 11:50
François Fillon, Nadine Morano, Chritian Estrosi et Brice Hortefeux, à la Maison de la Chimie le 20 février, à l'occasion de la réunion des Amis de Sarkozy. (AFP - Kenzo Tribouillard)

Grand raout des amis de Sarkozy qui se sont réunis mercredi matin pour le lancement d'un colloque sur le bilan du président dans le domaine des affaires étrangères, intitulé "La place de la France dans le monde durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy". Une réunion en rangs (très serrés), marquée aussi par quelques absences et des attaques en règle.

>> A lire aussi : Sarkozy devrait se méfier de ses amis


Visite éclair de Fillon

Selon Brice Hortefeux, ancien ministre et président de l'Association, toute "cette journée sera intense, riche et utile". "Elle nous permettra de répondre aux objectifs de notre association", offrir "un message de reconnaissance, de fidélité, de confiance" à l'ancien chef de l'Etat, selon lui.

Parmi les ténors de la "Sarkozie" présents, outre Brice Hortefeux, se trouvent les anciens ministres Laurent Wauquiez, Claude Guéant, Nadine Morano, Nora Berra, Christine Boutin, Alain Joyandet, Henri de Raincourt, Christian Estrosi, ainsi qu'Henri Guaino, qui fut la plume et le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Arrivé dès l'ouverture du colloque, François Fillon a fait une apparition éclair, puisqu'il est déjà reparti.

Jean-François Copé, président de l'UMP, est attendu à la Maison de la Chimie dans l'après-midi.


Raffarinade

La réunion est un brin ternie par les attaques de Jean-Pierre Raffarin. L'ancien Premier ministre s'est "lâché" dans l'Etat de l'opinion, revue annuelle que publie TNS Sofrès, en collaboration avec Le Seuil, où il dresse un portrait sans concession du quinquennat de Nicolas Sarkozy et de la campagne qu'il a menée.

La réponse de Brice Hortefeux ne s'est pas fait attendre : "Je peux regretter que Raffarin n'ait pas déployé autant d'ardeur dans la campagne que pour la critiquer aujourd'hui".

Quelques absences sont également à noter, comme celle de Rachida Dati et celle de Michèle Alliot-Marie.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?