En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les alsaciens votent ce dimanche. Ils doivent dire « oui » ou « non » à la fusion de leurs assemblées départementales et régionale.
 

Les Alsaciens sont appelés aux urnes ce dimanche. Ils doivent se prononcer sur la fusion des Conseils généraux et du Conseil régional. Une fusion qui permettra de réduire le mille-feuille administratif, disent les défenseurs du projet. Les opposants craignent une réduction du service public.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

63 opinions
  • grenat74
    grenat74     

    Ce n'est pas la baisse des fonctionnaires qui était en jeu, cela est pour faire du bruit avec rien. Le danger était de creer une region transfrontaliere avec l'allemagne, de casser les frontieres de notre patrie, de casser le code national du travail français et de fondre l'alsace dans une europe des régions afin de pulveriser les états européen. Ce projet date d'une 20 année au moins. Français réveillez vous et n'ecoutez pas les sirenes droitières ui n'ont jamais acceptés les acquits de la révolution francaise. Des frnçais sont mort pour notre patrie en 14/18, respectons les

  • tigaçon
    tigaçon     

    Il ne se passe pas un jour sans que l'on entende dans les médias, et relayé par les auditeurs des radios, qu'il y a trop de strates dans la gouvernance du pays, les services font redondance, il faut diminuer le nombre de ministres, de députés, etc., etc. Et quand des régions donnent la possibilité légale d'agir, de donner aux politiques le droit de faire ce que tout le monde réclame, alors là, tout le monde est contre. La défense de son pré carré est un sport national auquel beaucoup s'adonne. Décoller la pulpe du fond de la bouteille n'est pas chose facile en France.

  • LLC35
    LLC35     

    Une partie des français avait l'occasion au travers de ce vote d'approuver cette initiative d'élus de tout bord de diminuer ce mille feuilles administratif que tout le monde réclame.

    Je ne comprend plus rien aux aspirations de mes concitoyens.....

  • Le fumier
    Le fumier     

    les roses ne pousseront plus, c' est encore un coup de Jarnac.Moi je veux bien moins de fonctionnaires mais les politiques de droite je veux leurs tetes sur un pic......

  • smourbif
    smourbif     

    Je suis bien d'accord avec vous.j'attends avec impatience votre programme de façon à se que je puisse le comparer à ce des gens qui comme vous vont présenter de nouveau. Bien sûr comptez sur moi pour être très attentif et studieux en se qui concerne toute nouvelle proposition comme je l'ai été pour les plus anciennes.

  • aramis1969
    aramis1969     

    Pour une fois que l'on demande l'avis des français sur des choses concrètes, il n'y a pas de mobilisation. Après, ils viendront se plaindre qu'on ne leur demande pas leur avis. Les français ne savent pas ce qu'ils veulent. C'est vrai que l'image des politiques est navrante, mais il faut donner son avis sur ce référendum si on veut changer les choses. La France est sur-administrée. Il faut changer cela où la France va finir par crever.

  • bzzz
    bzzz     

    [...]Après avoir piloté la création de l’Union pour stabiliser l’Europe occidentale et la soustraire à l’influence soviétique, les États-Unis encouragent aujourd’hui à la fois son élargissement géographique et sa dilution politique. L’Union pourrait alors absorber la Russie et broyer les États-membres en une myriade de régions pour se transformer en une vaste zone de libre-échange protégée par la puissance militaire états-unienne.
    Contrairement à une idée répandue, il se trouve au sein même de l’Union de nombreuses forces pour promouvoir ce projet comme l’atteste la carte officielle que nous reproduisons.[...]
    L’intérêt majeur de ce document est de révéler le sens caché de la forme actuelle de la régionalisation européenne. Celle-ci ne concerne pas que l’Union présente, mais est conçue pour s’étendre à toute l’Eurasie. Tous les États d’Europe centrale, les États baltes, l’Ukraine, la Russie -avec une frontière à l’Est qui s’étend vers la Sibérie- les États du Caucase et la Turquie sont déjà intégrés dans ce projet européen ou plutôt euro-atlantique. L’adhésion à l’Union ne serait plus le moyen de réaliser l’unité européenne, mais au contraire de démembrer le continent, assurant ainsi le triomphe pacifique de l’hyper puissance états-unienne selon le principe classique « diviser pour régner ». La régionalisation, présentée comme un moyen de rapprocher les citoyens des lieux de décisions, ne serait plus qu’un artifice pour prévenir l’émergence d’une Europe-puissance en application de la « doctrine Wolfowitz » [1][...]
    La « sympathie » américaine à l’égard de cette forme de régionalisation s’explique par le transfert du pouvoir politique des États vers les régions. Désormais, la « région-État » se pare d’une autonomie politique de plus en plus grande dans les domaines qui touchent l’administration, la justice, les systèmes bancaire et postaux ou encore l’éducation, cette dernière devenant de plus en plus - quoiqu’en disent les autorités officielles - une éducation régionale. Or, ces instances politiques régionales sont conduites à traiter directement avec les instances supranationales de Bruxelles en court-circuitant l’autorité nationale. Ceci ne peut que combler d’aise les dirigeants politiques et économiques états-uniens qui, par l’intermédiaire de leurs puissants lobbies présents massivement à Bruxelles, pourront engager des contacts directement avec la Lombardie, l’Alsace, la Catalogne, etc. Entre d’un côté, la puissance politique, militaire et économique considérable des États-Unis et de l’autre, une quelconque région d’Europe, on devine sans peine quel parti Washington tirera de cette affaire.
    Pour renforcer l’emprise complète américaine sur le vieux continent, Les États-Unis ont présenté au seul gouvernement allemand une véritable feuille de route pour l’extension à l’Est de l’Union européenne (l’UE) et de l’OTAN.[...]
    En tout cas, l’éclatement de l’Europe comme le présente cette carte de l’ARE est encore transitoire. En effet, l’émergence première des régions est le préalable avant de passer à un autre niveau : le remaniement des frontières régionales en fonction de critères économiques et ethniques. Dans le cadre de l’interrégionalité, de nombreux regroupements sont possibles comme par exemple entre les entités basques française et espagnole ou encore entre l’Alsace et le Pays de Bade. C’est tout l’enjeu de la carte élaborée par la commission européenne en 2002 [3]. En effet, l’objectif étant de créer un vaste marché économique de libre-échange transatlantique, les technocrates bruxellois ont procédé à des remaniements territoriaux afin de créer des groupes économiques comme le stipulent les textes officiels :[...] Pierre Hillard 11/07/03 bit.ly/SDE7oY

  • Pierre 62
    Pierre 62     

    En changeant de constitution, nous changeons donc de République. Mais avant il faut que les français comprennent que supprimer des postes de fonctionnaires c'est redonner du pouvoir d'achat aux ménages. Ce nouveau pouvoir d'achat permettra aux consommateurs de dépenser autrement et de donner du travail à d'autres personnes que des fonctionnaires qui peuvent alors être inquiets pour leur devenir. C'est pour cela que les réformes de structures ont été impossibles jusqu'à maintenant.

  • marseillais 1304
    marseillais 1304     

    a tourlourou .c est pas d hier qu il y a des immigres ministres ou dans la politique mais ce n étaient pas les memes .loin de la .la c est du vomi et surtout incapables

  • marseillais 1304
    marseillais 1304     

    un seul mot bravo

Lire la suite des opinions (63)

Votre réponse
Postez un commentaire