En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Fleur Pellerin, ministre de la Culture.
 

Etendre les aides à la presse sans en faire profiter les titres d'extrême droite, tel serait le plan de la ministre de la culture. Marianne révèle comment elle compte s'y prendre.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

45 opinions
  • penseuse
    penseuse     

    une certaine forme de racisme envers les croyants??????????????
    ps je ne suis pas croyante

  • penseuse
    penseuse     

    ça serait pas de la censure ça???
    je pense qu'on a le droit dire ce qu'on pense!!!
    c'est bizarre charlie hebo qui manque de respect aux croyants sont des héros et les autres sont des racistes. Charlie hebdo ne pratiquerait-il pas une cert

  • pistache33
    pistache33     

    Non mais ce gouvernement est composé de dictateurs. Mais je rêve pour qui se prend elle celle la pour prendre une telle mesure. Ils tombent bien bas tous.

  • rio2
    rio2     

    La dictature,les amis.
    Les gens ne pourront plus lire ce qu'ils veulent.
    On nous impose,on nous interdit.
    Mais on paye...

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Mme Pèlerin ne connaît pas les droits,elle a un problème avec la lecture,il y a quelques mois elle n'avait pas lu Modiano !!! Rivarol,Minute, Valeurs Actuelles n'ont rien perçu,elle s'est embarqué un peu vite,connait elle ses fonctions ???

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Mme Pèlerin ne connaît pas les droits,elle a un problème avec la lecture,il y a quelques mois elle n'avait pas lu Modiano !!! Rivarol,Minute, Valeurs Actuelles n'ont rien perçu,elle s'est embarqué un peu vite,connait elle ses fonctions ???

  • la lorgnette
    la lorgnette     

    Financement de la Pravda et camp de reéducation politique pour les autres.

  • toto le modo
    toto le modo     

    si elle commençait par proposer de supprimer toutes les indemnités non déclarables des députés

  • bernadete
    bernadete     

    Valeur actuelle n'est pas un journal d'extrême droite, faut pas exagérer, c'est vrai que c'est un des rares qui étrille les décisions iniques et couteuses du gouvernement, mais faut pas exagérer, tout le monde y passe. Le monde diplomatique, ce sont ses amis. Le ministère de la culture devrait être supprimé, ça coute cher et c'est de l'idéologie pure, ce n'est plus un service au service de la culture.

  • 109600
    109600     

    Le Figaro du 7/02/13
    Depuis rien a changé aux "Pays de la liberté de la presse" Dormez tranquilles les "sans dents3

    "L'activité de Presstalis est celle d'un logisticien qui vient prendre les journaux à la sortie des imprimeries pour les répartir dans les 27.500 points de vente à travers la France. Mais, différence de taille, cette activité est assurée, depuis 1945, par le Syndicat du livre CGT, qui a le monopole de l'embauche et a signé une convention collective qui assure des salaires particulièrement généreux. «Pas du tout, se défend Marc Norguez, secrétaire général du SGLCE-CGT, majoritaire chez Presstalis. Les ouvriers gagnent 2600 euros net par mois sur treize mois pour un travail de nuit, de week-end et dans des conditions pénibles.» C'est effectivement le salaire de base des ouvriers. Mais il faut y ajouter les primes d'ancienneté, de travail de nuit, de casse-croûte, de pénibilité, de jours fériés… ce qui, au final, représente un salaire de trois fois à trois fois et demie le smic brut (4200 à 5000 euros) ! Sans compter que chaque jour férié et chaque nuit travaillée ouvrent droit à une journée de récupération. Enfin, le taux d'encadrement chez Presstalis est étonnamment élevé. Et ces cadres sont payés de quatre à cinq fois le smic brut (5700 à 7100 euros) en moyenne. Résultat, le coût d'un employé de Presstalis équivaut à nettement plus du double de celui des employés d'un autre logisticien, et son temps de travail est nettement inférieur de moitié. Presstalis tente actuellement de reclasser ses salariés dans d'autres entreprises, mais les différences de salaires sont trop importantes."

Lire la suite des opinions (45)

Votre réponse
Postez un commentaire