Affaire DSK : les procès-verbaux de son audition publiés

Le Figaro de ce lundi révèle les procès-verbaux de DSK dans le cadre de l’affaire du Carlton de Lille. Dans ces échanges avec les magistrats, l’ex-patron du FMI nie la tarification des relations.

Mélanie Vecchio
Le 30/04/2012 à 10:22
Mis à jour le 30/04/2012 à 10:51

Le 26 mars dernier, au cours de son audition devant les juges, Dominique Strauss Kahn aurait déclaré au sujet des soirées libertines : "il ne m’est jamais apparu qu’elles étaient organisées à mon intention." Et d’ajouter : "j’étais content comme je le suis généralement quand mes amis m’invitent à faire quelque chose."

Dans ces soirées, il n’y aurait pas eu de prostitution mais du libertinage selon l’ancien directeur général du FMI. "Au cours de ce genre de soirée libertine les jeunes femmes peuvent être provocantes mais ce n’est en rien la caractéristique d’une forme de prostitution (…) aucune des relations sexuelles que j’ai pu avoir (…) ne m’est apparue comme tarifée."

Pour se justifier Dominique Strauss Kahn en vient même à donner une définition du libertinage : "il consiste à avoir des relations sexuelles libres et consenties. On en pense ce qu’on veut sur le plan moral mais elles ne sont pas tarifées."

Dominique Strauss Kahn l’avoue en fin d’audition, s’il avait su qu’il s’agissait de prostituées jamais il n’aurait participé à ces soirées.

Résultats élections européennes 2014
La question du jour

Êtes-vous attentifs aux déclarations d’intérêts des députés et sénateurs?