En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Nicolas Sarkozy à Tourcoing, le jeudi 29 janvier.
 

Le tiers payant généralisé? Nicolas Sarkozy y voit une mesure à la fois "démagogique" et "contre-productive". Le président de l'UMP l'a dit lors d'une rencontre avec des médecins généralistes à Tourcoing, première étape d'une tournée de déplacements sur le terrain.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • bureautique33
    bureautique33     

    je ne suis pas notaire, ni mèdecin...mais j'ai travaillé beaucoup pendant 45 ans et sans compter mes heures ;j'étais dans le privé, mais lui, l'avocat il prèfère les libéraux et pensent qu'il n'y a qu'eux qui travaillent....

  • bureautique33
    bureautique33     

    toujours des discours démagogiques, personne ne s'attaque aux mèdecins, (dixit mon mèdecin généraliste qui n'est pas géné par le tiers payant généralisé) ce sont plutot les spécialistes tarifs libres qui ne sont pas d'accord.il n'a pas changé...toujours sipliste dans ses démonstrations si oon peut employer ce terme...

  • la grenade
    la grenade     

    Intolérance : Chirac appelle à la mobilisation

    Le Président Jacques Chirac et Simone Veil à la gare de Chambon-sur-Lignon le 8 juillet 2004.
    (Photo : AFP)
    Face à la montée de l’intolérance, le président de la république a lancé jeudi un appel à un « sursaut républicain ». Jacques Chirac a réclamé des pouvoirs publics une « détermination sans faille » et des citoyens leur « extrême vigilance » face à la recrudescence des « actes de haine (qui) salissent notre pays ».
    Cette nouvelle intervention du chef de l’Etat sur cette question souligne que le racisme, l’intolérance, le communautarisme sont désormais au cœur des préoccupations françaises, au plus haut niveau. La multiplication des incidents à caractère raciste et antisémite est aujourd’hui considérée avec gravité, comme une menace insupportable à la cohésion nationale. Les insultes, profanations, attaques ciblées, agressions physiques font les gros titres des journaux qui relaient les réactions indignées d’un personnel politique stupéfait de constater la rapidité avec laquelle la situation peut se détériorer. Mais c’est aux citoyens, en tout premier lieu, que s’adressait l’appel présidentiel. « Pour absolue qu’elle soit, et je m’y engage, la détermination des pouvoirs publics, la volonté, l’action de l’Etat et des autorités locales ne sauraient, à elles seules, suffire », a indiqué M. Chirac qui avait choisi d’être accompagné, à cette occasion, de l’ancienne ministre, rescapée des camps de la mort nazis, Simone Veil.
    « Les discriminations, l’antisémitisme, les racismes, tous les racismes se déploient à nouveau insidieusement (…) Tous ces actes reflètent la part la plus sombre de l’âme humaine. Ils sont indignes de la France. Je ferai tout, naturellement, pour que cela cesse », a lancé le président français devant quelques centaines d’habitants rassemblés dans la cour d’école du village du Chambon-sur-Lignon, dans le département de la Haute-Loire. « Face au risque de l’indifférence et de la passivité du quotidien, j’appelle solennellement chaque Française et chaque Français à la vigilance. Devant le danger, je les appelle au sursaut », a insisté le chef de l’Etat qui réclame des parquets qu’ils fassent appel de toute décision trop clémente contre les auteurs de « ces gestes de haine ». En matière de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie ou d’homophobie, « le classement sans suite est inacceptable », a-t-il dit.
    A quelques jours de la fête nationale, le président de la république n’a pas choisi n’importe quel village de France pour appeler ses concitoyens à la vigilance et la mobilisation. Chambon-sur-Lignon est un petit village perché du massif des Cévennes, dans le centre de la France. Il possède la caractéristique d’avoir donné l’asile à de nombreux persécutés tout au long de l’histoire de France. A commencer par les huguenots qui, au XVIIème siècle, s’y réfugient pour échapper aux persécutions d’un pouvoir trop catholique. Mais c’est au XXème siècle que ses habitants consacreront sa réputation d’hospitalité en accueillant de jeunes Alsaciens, lors du conflit mondial, puis des enfants de républicains espagnols en déroute à la fin des années 30.
    « On commence à nous regarder de l’extérieur… »
    Enfin, lors de la seconde guerre mondiale, dans un contexte de collaboration avec l’ennemi, Chambon-sur-Lignon se distingue en recueillant les enfants juifs acheminés sur place grâce aux réseaux tissés par la résistance et les organisations humanitaires. Cet épisode élèvera sa population au rang de « Juste parmi les nations », distinction rare décernée par Israël, pour sa contribution au sauvetage de nombreux juifs promis à une mort certaine. Dans le jardin des Justes, qui jouxte le mémorial Yad Vashem de Jérusalem, Chambon-sur-Lignon et les communes environnantes comptent parmi les héros d’Israël, bien que leurs habitants estiment n’avoir fait que leur devoir.
    L’intervention du chef de l’Etat s’inscrit dans une offensive institutionnelle globale contre l’intolérance. Jeudi matin, invité de la radio publique France Inter, le ministre de l’Education nationale déclarait sa préoccupation. « La France fait face aujourd’hui à une situation (…) qui est une honte pour notre pays ». « On commence à nous regarder de l’extérieur, parfois en exagérant, avec un jugement qui n’est pas acceptable pour le pays des droit de l’Homme », a déclaré François Fillon. Le ministre a néanmoins réaffirmé que « la République sera intraitable » sur la question du respect de la loi sur la laïcité et l’interdiction du port du voile islamique dans les établissements d’enseignement public.
    La déclaration présidentielle intervient aussi dans un contexte particulièrement fécond en initiatives. Les propos du président de la r

  • BLACKJAK
    BLACKJAK     

    Capable de dire bleu devant certains, blanc devant d'autres, cet homme a d’ores et déjà perdu toute crédibilité tant sur sa personne que sur les propos qu'il peut ternir.

    concombre masque
    concombre masque      (réponse à BLACKJAK)

    Sarko essaye d'enfoncer des portes ouvertes comme d'hab .

  • moca
    moca     

    ce les socialiste qui sa va dechire ,il y a 2 au 3 qui va voter de UMP pas plus ,la cause de Hollande le FN va monter , parcaque ils sont null tous des sont gouvernement avec lui en tete, Hollande est pour faire de comemoration ,des discurs et etc, dans le rest est null.

    Grnoumpf
    Grnoumpf      (réponse à moca)

    Au cause de Hollande ??? Le FN faisait 13 % en 2007, Sarkozy se vantait même de l'avoir tué... en 2012, le FN était à 22 %, soit le double...

  • ABC90
    ABC90     

    ben voyons Bismuth .... les médecins libéraux ne pourront plus faire de black si les patients ne paient plus ..... là ils se gardent bien de le dire.....

  • pradalou
    pradalou     

    Cela se faisant partout en Europe une fois de plus nous sommes l'exception.
    Le plus démago c'est plutôt NS. Comme on dit la France est vraiment le pays le plus inréformable qui existe et un jour il va bien falloir comprendre qu'il faudra en faire.

  • lagauche
    lagauche     

    mais merde , mare de ces politique qui nous veulent du mal.C'est sur lui, pas de problème, il peut avancer.Solidarité, pour eux, mais pas pour nous.6 ème république et vite.

  • lesemian
    lesemian     

    Et que dit le Frangin "Mederic"?

  • gero51
    gero51     

    La généralisation du tiers payant une mesure bien trop a gauche, un franchissement de ligne blanche ces quatre points en moins je croie

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire