En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Nicolas sarkozy evoque 20 milliards d'euros d'"investissements d'avenir" d'ici la fin 2011
 

L'Etat aura engagé une vingtaine de milliards d'euros dans son programme d'investissements d'avenir d'ici fin 2011, a déclaré lundi Nicolas Sarkozy.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

60 opinions
  • X-OR
    X-OR     

    le marasme économique dans lequel se plongerait notre pays si un jour elle passait. elle n'y connait rien en économie, offre des réponses simples à des questions d'une grande complexité. elle tient un discours de polarisation rôdé par tous les dirigeants d'extrême-droite depuis un siècle mais çà, un décérébré comme toi ne peut pas le voir, ton rôle c'est juste de payer l'addition et de jurer qu'on ne t'y reprendra plus et que tu ne voulais pas çà quand il sera trop tard.

  • nnnervvvic
    nnnervvvic     

    vos rustines ne tienent plus vive marine le pen

  • Cételem pas ça
    Cételem pas ça     

    C'est sûr, t'en que M. Sarkozy continuera ses emprunts d'argent à coût de millions, il y aura moins de problème, mais un jour (que dis-je pendant plusieurs dizaines d'années) il faudra bien renflouer cette dette de mammouth avec tout ses intérêts massifs ! Et en vue de la conjoncture actuelle de notre pays et celle de l'Europe il faut vraiment être de mauvaise foie que de dire le contraire et de rester dans un optimisme implacable (si ce n'est que cette optimisme ne transforme en arrogance pro-Sarkoziste) Arrêter de faire les balèzes en économie, les gens ne sont tout simplement pas fous, ils ont déjà assez de soucis avec leurs crédits à la consommation ...

  • UMP
    UMP     

    La France est endettée de près de 1 500 milliards d'euros
    La dette publique de la France (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) atteignait le montant record de 1 457,4 milliards d'euros à la fin du troisième trimestre, en hausse de 29,4 milliards en trois mois, a annoncé, mercredi 30 décembre, l'Insee.

    Cette dette, calculée selon les critères européens de Maastricht, représentait ainsi fin septembre "approximativement" 75,8 % du produit intérieur brut (PIB), soit 1,9 point de plus qu'à la fin juin, précise l'Institut national de la statistique. D'après la loi de finances pour 2010, la dette publique, qui n'a cessé d'exploser sous le poids de la récession que vient de traverser la France et des mesures de relance adoptées pour y faire face, doit grimper jusqu'à 77,9 % du PIB à la fin de l'année.
    Cliquez-ici !
    Le Monde.fr vous fait gagner du temps et vous alerte par e-mail en cas d'événement majeur
    Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts
    Sur le même sujet
    L'essentiel de la somme du "grand emprunt" sera dédié à cinq disciplines ou domaines d'application.
    Les faits La communauté universitaire est divisée sur les milliards du grand emprunt
    Réactions Pour les Verts, un "catalogue d'idées à la mode"
    Blog Niches fiscales : les raccourcis de Sarkozy
    Chat "Le bouclier fiscal n'a pas de justification économique"
    Point de vue Les non-dits du grand emprunt, par Michel Sapin, Bertrand Monthubert, Guillaume Bachelay
    Les faits Sarkozy va dévoiler les grands investissements de la France
    Edition abonnés Archive : Emprunt Sarkozy : investir sans inquiéter les marchés

    Le gouvernement tablait sur une dette à 84 % du PIB pour l'an prochain, avant même de mettre sur le chantier son grand emprunt, qui devrait la faire monter encore d'environ un point. Selon l'Insee, le surplus de dette enregistré au troisième trimestre sert essentiellement à financer le déficit budgétaire de l'Etat. La contribution de l'Etat à la dette publique progresse ainsi de 23,4 milliards en trois mois,

  • Verly.
    Verly.     

    ...voila au moins une information concrète.

  • caporal
    caporal     

    drareg 100% D ACCORD AVEC VOTRE ARGUMENTAIRE/
    BIEN DIT..

  • DRAREG
    DRAREG     

    Ce grand emprunt est un leurre, qui dissimule par le titre la faiblesse des sommes investies.
    Ce n'est pas comme l'affirme Mr Sarkozy 35 milliards d'investissement, non ces 35 milliards sont sensés être placés et ce sont les intérêts de ce placement soit un peu plus de 3% qui seraient versés chaque année. Du coup le montant annoncé est 30 fois supérieur au montant réellement investi. Mais il faut bien avouer, que c'est bon coup de pub, puiqu'aucun média ne rétablit la réalité.
    Ramené à un dotation annuelle le "grad emprunt se réduit à moins d'un milliard d'euros. C'est à dire 4% du budget de la recherche et de l'enseignement supérieur. Comme par ailleurs les crédits budgétaires de ce secteur stagnent dpuis des lustres, cela veut dire que ce secteur reçoit une augmentation de 4% pour une année et que l'on revient ensuite à la stagnation habituelleLe pire c'est que les financements du "grand emprunt" se substituent aux financement habituels! ainsi en janvier 2010 le parlement a voté l'annulation de 125 millions de crédits dans l'enseignement supérieur et la recherche, pour pouvoir financer les intérêts du "grand emprunt".
    La cour des comptes a commencé à identifier les effets de la substitution , et bien ce sera la baisse des crédits d'autres secteurs dont 11% en moins pour le CNRS cete année.
    D'autre part il est curieux de dire que l'on augmente des crédits des secteurs ou l'on continue de licencier du personnel, là la seule chose qui progresse c'est la précarité dévastatrice.
    Le grand emprunt n'est donc pas un investissement massif pour l'avenir et n'ajoute qu'a la déstabilisation des structures existantes.
    Pour se faire une idée le l'imposture Sarkozyenne et des médias, il faut lire ce qu'a écrit Bertrand Monthubert sur le sujet, dans le nouvel observateur.
    Au lieu de reprendre en boucle les annonces de campagnes gouvernementales il serait utile que les journalistes se souviennent de l'objet de leur métier.

  • odine
    odine     

    Bah voyons !!

  • odine
    odine     

    Tout comme Aubry aujourd'hui !!
    Un bla bla préparé d'avance avec des JE VEUX en quantité et une démagogie propre à tout politique.

  • BGX5
    BGX5     

    bilans du sarkosysme 0000000000000

Lire la suite des opinions (60)

Votre réponse
Postez un commentaire