En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Violences dans des lycées en Seine-Saint-Denis: le malaise des parents
 

Alors que huit mineurs doivent être présentés à la justice ce jeudi après les violences dans trois lycées de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, les parents des élèves sont en colère. Ils estiment que les établissements scolaires ne sont pas suffisamment sécurisés.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Les familles doivent payer les dégats,ouvrir les établissements de rééducation,enlever aux familles les allocs et tout l'assistanat ,pour les étrangers,les réexpédier dans leur pays,marre de payer pour cette faune,assez de cette guérilla urbaine.que fait le gouvernement ? comme d'habitude rien.

  • SuperContribuable
    SuperContribuable     

    A force de laisser tout faire... on voit le résultat. Et ça ne va pas s'arrêter seul !
    Des badges pour les lycéens, un uniforme et de la vidéo. Des enseignants irréprochables, expérimentés, formés et payés. Les parents ??? au lieu de s'en prendre aux institutions feraient mieux d'éduquer leurs enfants. Si leurs enfants sont mineurs alors, ils sont responsables et doivent être condamnés à payer les dégâts au delà des sanctions pénales. Les allocs ??? On les supprime... Et les étrangers, retour au pays.
    Et s'il faut, on met quelques militaires qui feront respecter l'ordre et le respect.

  • vanda100
    vanda100     

    On plaint les lycéens qui subissent tout çà mais aussi le personnel éducatif.. Quel courage il faut pour enseigner ou diriger de tels établissements.

  • citoyen_auditeur_bfm
    citoyen_auditeur_bfm     

    A Saint-Denis les partis d'extrême gauche n'arrivent plus à recruter des militants. Les intellectuels et les ouvriers n'adhèrent plus. Alors ces partis semblent attirer dans leurs rangs des délinquants chevronnés pour faire le coup de main. Pour ces pseudos militants la vie humaine n'a aucune valeur. Répandre de l'essence dans les escaliers d'un lycée de 1200 élèves ne leur pose pas de problème. Ceci explique les violences du mardi 7 mars 2017 dans le lycée Suger à Saint-Denis. Dans les médias on diffuse un slogan séduisant «Nos vies valent plus que leurs profits». Sur le terrain cela ressemble plus à «Vos vies ne valent rien face aux intérêts politiques du parti.»

  • Nico3591
    Nico3591     

    Et la responsabilité des parents elle n'est pas engagée ? Il faut à un moment arrêter d'attendre toujours tout de l'Etat...

  • Arleco
    Arleco     

    L'abbé suger doit se retourner ...encore une fois dans sa tombe millénaire ! Indignes élèves indignes fonctionnaires indignes politiques d'aujourd'hui ! St. Denis il y a quelques décennies avait une autre gueule !!!

Votre réponse
Postez un commentaire