En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Périmètre de sécurité aux abords du lycée Tocqueville de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, où a eu lieu une fusillade le 16 mars 2017.
 

Ce jeudi à 13h, un jeune homme de 16 ans a pénétré dans son lycée, à Grasse, lourdement armé et a notamment tiré sur le proviseur de l’établissement. Une dizaine de personnes ont été blessées. Un drame qui pose la question de la sécurisation des établissements scolaires en France, alors que l’état d’urgence est maintenu jusqu’au 15 juillet.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Laurent Gantner
    Laurent Gantner     

    Le lycéen incriminé se serait procuré les armes chez des parents : le fusil chez son père, un officiers des Marines et le pistolet chez le grand-père (!)... Des armes à feu, susceptibles de tuer, disponibles et qui n'étaient pas sous coffre à clés... Sans présumer des compétences adultes consciencieux, normalement incapables de se laisser voler la clé de l'armurerie, ceux-ci (le Père et le Grand-Père) devraient immédiatement passer au registre d'une complicité dans une tentative d'assassinat et être mis en garde à vue.

  • Laurent Gantner
    Laurent Gantner     

    Le lycéen incriminé se serait procuré les armes chez des parents : le fusil chez son père, un officiers des Marines et le pistolet chez le grand-père (!)... Des armes à feu, susceptibles de tuer, disponibles et qui n'étaient pas sous coffre à clés... Sans présumer des compétences adultes consciencieux, normalement incapables de se laisser voler la clé de l'armurerie, ceux-ci (le Père et le Grand-Père) devraient immédiatement passer au registre d'une complicité dans une tentative d'assassinat et être mis en garde à vue.

  • Laurent Gantner
    Laurent Gantner     

    Le lycéen incriminé se serait procuré les armes chez des parents : le fusil chez son père, un officiers des Marines et le pistolet chez le grand-père (!)... Des armes à feu, susceptibles de tuer, disponibles et qui n'étaient pas sous coffre à clés... Sans présumer des compétences adultes consciencieux, normalement incapables de se laisser voler la clé de l'armurerie, ceux-ci (le Père et le Grand-Père) devraient immédiatement passer au registre d'une complicité dans une tentative d'assassinat et être mis en garde à vue.

Votre réponse
Postez un commentaire