Météorites : des chercheurs ont retrouvé des fragments en Russie

Une pluie de météorites s'est abattue vendredi sur l'Oural, faisant un millier de blessés. Des chercheurs ont retrouvé les premiers fragments lundi près du lac Tchebarkoul.

M.R.
Le 18/02/2013 à 11:34
Mis à jour le 18/02/2013 à 11:50
De nombreux témoins ont pu filmer, la chute du météorite qui a frappé l'Oural vendredi. (Youtube)

"L'astéroïde et les météorites en Russie n'ont aucun lien" - 15/02


Chute de météorites en Russie : près d'un millier de blessés - 15/02


Eparpillé, façon puzzle. La météorite, qui a frappé la Terre vendredi, s'est désagrégée au dessus de la ville russe de Tcheliabinsk, qui compte plus d'un million d'habitants et a semé la panique dans la région et fait près d'un millier de blessés.

Lundi, des scientifiques affirment avoir retrouvé, près du lac Tchebarkoul, des débris de la météorite en question, a indiqué à RIA Novosti un professeur de l'université de l'Oural, Viktor Grokhovski.

"De nature extraterrestre"

"Nous confirmons que les particules d'une substance trouvée par notre expédition près du lac Tchebarkoul ont la composition d'une météorite", a indiqué Viktor Grokhovski, membre de l'Académie russe des sciences, à l'agence Ria Novosti.

"Les membres de l'expédition ont envoyé à Ekaterinbourg les débris qu'ils ont trouvés", a indiqué l'université dans un communiqué. Elle a publié sur son site une photographie d'une personne tenant une toute petite pierre noire entre ses doigts.

"Nous venons de terminer nos recherches et confirmons que les particules de la matière retrouvée dans la région du lac Tchebarkoul par notre expédition sont de nature extraterrestre."

"Météorite de Tchebarkoul"

"Selon le chef de l'expédition, Viktor Grokhovski, ce météorite relève de la classe des chondrites", terme désignant un type de météorite pierreux, poursuit l'université, qui précise que les fragments retrouvés étaient composés de 10% de fer.
    
La météorite devrait être baptisée "météorite de Tchebarkoul", selon cette même source. "Puisqu'on a retrouvé des débris (...), cela signifie que le principal fragment est dans le lac", estime Viktor Grokhovski.

Les recherches ont pour but d'identifier la nature de la météorite et d'expliquer comment sa chute a pu avoir des conséquences aussi graves. Les corps célestes brûlent en effet généralement totalement en entrant dans l'atmosphère.
    
Les plongeurs du ministère des Situations d'urgence avaient dès samedi sondé, par des températures descendant jusqu'à moins vingt degrés, les fonds du lac Tchebarkoul, dont la surface glacée avait été percée d'un orifice de six mètres de diamètre. Mais le ministère avait indiqué qu'ils n'avaient rien retrouvé.

Boules de feu

La météorite s'est désintégrée vendredi matin au dessus de la métropole de Tcheliabinsk, une cité industrielle de plus d'un million d'habitants.
    
Les fragments sont à leur tour retombés sur la terre sous la forme de boules de feu suivies de traînées de fumée, accompagnées de violentes explosions et d'éclairs de lumière aveuglante, semant la panique parmi la population, soufflant les fenêtres de nombreux bâtiments et abattant notamment les murs d'une usine.
    
Selon les dernières informations, fournies par le gouverneur de la région de Tcheliabinsk, 1.240 personnes, dont 299 enfants, ont été blessées, pour la plupart légèrement, par ce phénomène spectaculaire et sans précédent. De son côté, le ministère de la Santé a fait état lundi de 1.491 blessés, dont 311 enfants. Selon cette source, 46 personnes sont encore hospitalisées, parmi lesquelles trois enfants.

Toute l'actu Planète

La question du jour

Consultez-vous les prévisions de trafic avant de prendre la route des vacances?