En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Intrusion dans des centrales: Greenpeace a-t-elle bien fait ?
 

Au lendemain de l'intrusion de militants de Greenpeace dans plusieurs centrales nucléaires, certains fulminent. Pour eux, les écologistes se sont montrés irresponsables en pointant publiquement les failles de sécurité des sites. Ont-ils raison ?

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

65 opinions
  • liberttttt
    liberttttt     

    un système sophistiqué, plusieur lignes de défenses, des gens avec des boutons prêts à répondre. bref que des truffes et des défenses sur le papier, mais maintenant va ramer avec ton petit post pour expliquer qu'ils ont fait exprès. Exprès de pas savoir mesurer les retombées médiatiques? Et ils sauraient gérer des retombées atomiques? Que de la gueule, comme avec les nuages, la preuve est faite, et j'y crois.

  • dedite
    dedite     

    réglementation

    La réglementation (tous les textes sont disponibles sur Internet) prévoit que les installations nucléaires bénéficient de plusieurs lignes de défense concentriques, dont la résistance augmente au fur et à mesure de la progression vers les cibles. Ainsi il n’est prescrit pour la clôture extérieure, en l’occurrence celle qui entoure une centrale nucléaire, que de résister à la poussée de groupes de manifestants et de véhicules légers, et de ne pas pouvoir être franchie sans moyens auxiliaires. L’exigence de performances plus sévères est imposée sur des barrières intérieures à cette première limite, plus proches des installations à protéger. L’une de celles-ci doit à cet effet être beaucoup plus forte afin ne pas pouvoir être franchie sans moyens auxiliaires lourds. Elle doit être équipée de moyens de détection et retarder le franchissement avec de tels moyens. La zone protégée en amont doit être couverte par des systèmes de surveillance permettant d’apprécier les intentions des intrus et de déterminer le niveau de l’intervention à conduire. Il est aussi prévu que les détections soient signalées au service de sécurité de l’établissement, ce sans délai dès la deuxième barrière.

    2 – Application de la réglementation à Nogent-sur-Seine

    La réglementation ne prescrit pas que les barrières ou zones soient infranchissables, mais que leur somme et leurs équipements permettent :

    - de détecter les intrus ;

    - de les retarder ;

    - de les prendre en compte de manière appropriée selon la dangerosité qu’ils présentent, avant qu’ils n’aient pu se déployer efficacement auprès des équipements visés.

    Selon les renseignements reçus, ces dispositions prévues par la réglementation ont fonctionné :

    - les intrus ont été repérés par les systèmes de détection ;

    - l’alarme a été donnée au service de protection de l’établissement ;

    - les intrus ont été suivis par les dispositifs de surveillance ;

    - les intrus ont été identifiés comme membres de Greenpeace, et donc traités comme tels par le dispositif de protection, le mode opératoire de Greenpeace étant connu ;

    - les intrus n'ont pas réussi à pénétrer dans la zone de production nucléaire. S’ils ont pu cependant se hisser sur le toit d'un réacteur, il faut noter que l’endroit est certes spectaculaire mais ne présente pas de sensibilité à ce type d’action autre que médiatique.



    3 – Cas des intrus cachés

    Les caractéristiques des barrières telles que la réglementation les prévoit font que le passage d’intrus est possible sans qu’ils soient détectés ou suivis dans certaines zones, qui sont moins protégées que les autres. L’intrus qui s’y cache est alors inoffensif car immobile et inactif. Il redeviendra vulnérable quand il reprendra sa progression et sera obligé de se frotter aux zones plus défendues.

    Déclarer de façon absolue qu’aucune barrière ou zone ne doit être franchie est contraire au concept de défense exprimé par la réglementation qui prévoit des zones et des obstacles successifs. Cette position imprime dans les publics une image fausse qui piège la communication et fait le jeu de Greenpeace, quand elle est démentie par une réalité pourtant conforme aux plans d’action prévus.

    Les promoteurs de cette position caricaturale renouvellent l'erreur des défenseurs de la seule première ligne de défense ("on ne perdra pas un pouce de terrain") pendant la guerre 14-18. Ils ont tous perdu leurs batailles à la différence de eux qui ont bâti leur stratégie sur plusieurs ligne. Ils renouvellent aussi l'erreur de la ligne Maginot, à laquelle il manquait quelque chose derrière.

  • CANDIDE OU LA DESTINEE
    CANDIDE OU LA DESTINEE     

    Ah d'accord c'est avec les cotisations des militants que Greenpeace se finance.
    C'est un peu comme les syndicats : ils se financent "avec les cotisations des militants" Evidemment...

  • choupi 65
    choupi 65     

    il vous faudrait aussi du COURAGE ...plus que celui de taper sur votre ordi ...? ...!

  • choupi 65
    choupi 65     

    qui cotisent ( eux ont un IDEAL )car la plupart ont aussi un travail et leurs actions ont souvent lieu un WEEK-END ...c'est pas comme nos enseignants et autres .... qui font gréve en général les jours ouvrables ....!

  • CANDIDE OU LA DESTINEE
    CANDIDE OU LA DESTINEE     

    De quoi ils vivent ces mecs? J'suis sur qu'ils habitent pas un bled pourri mais plutôt un quartier branché de Paris... Quelqu'un a la combine? J'aimerais bien en profiter aussi!

  • Riff
    Riff     

    si je comprends bien.il est plus facile de s'introduire dans une centrale nucléaire qu'au palais de l'Elysée avec peut être autant de gendarmes.c'est rassurant!!!!! a écouté le directeur de la centrale il savait que greenpeace s'était infiltré et gentiment laisser quelques gugus monter sur un toit avec une banderole.il est gentil le directeur.et puis il sait faire la différence en pleine nuit entre un gentil et un méchant.j'ai fait mon service militaire et j'ai passé toute mon année a monter des gardes avec des chiens.je ne pense pas que les commandos de greenpeaces ferai de même des ses conditions.mais il est gentil le directeur

  • Ouaff
    Ouaff     

    J'avais écrit un commentaire de réponse à "oui bien sûr".---------------Ce commentaire a été supprimé probablement parce que je renvoyais à un lien. Or, on sait que la modération retire souvent les textes comprenant des liens.--------------Je ne récidiverai donc pas.-----------Ce lien montrait une campagne de Greenpeace contre la position de Hollande favorable à l'EPR de Flamanville. C'était net : Greenpeace est contre le nucléaire PAR PRINCIPE (synonyme = par idéologie).-----Au point d'utiliser parfois des arguments contradictoires.

  • DANLAC
    DANLAC     

    Je pense que c'est un bon test. Les centrales sont peut-être fiables mais il faut penser qu'un terroriste pourrait les faire sauter facilement, je pense que c'est ce que greenpeace a voulu démontrer. Il y a d'autres points sensibles, la distribution de l'eau, les circuits d'aération..... qui sont facilement accessibles et où on peut y épandre des produits toxiques....

  • demeter62
    demeter62     

    Je pense que Joël Mamère, certains verts et Greenpeace aident les terrorismes dans leur quête de destructions des mentalités occidentales. Pour moi, ce genre d'action et de complicité doivent être accompagné par l'emprisonnement de 15 à 20 ans ferme. Si il y a attaque sur des installations nucléaires dues à leur inconscience, c'est la peine de mort pour trahison et génocide envers un peuple ou des peuples.

Lire la suite des opinions (65)

Votre réponse
Postez un commentaire