En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La Laïta est une nouvelel fois sortie de son lit à Quimperlé.
 

La commune de Quimperlé est la plus touchée par les inondations qui touchent la Bretagne. De meilleures prévisions et des travaux en amont auraient pu changer la donne.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • jeremy29300
    jeremy29300     

    Bonjour, étant habitant de Quimperlé, proche de l'inondation mais étant habituer, je me permet de réagir car ce n'est pas l'eau qui nous gêne en ce moment mais plus tôt les personnes qui viennent voir l'eau qui nous inonde. Les places étant déjà très limité sans les inondations, c'est devenu un enfer pour les habitants qui ce voient privé de stationnement a cause de ce genre de personnes qui au vu du nombre n'ont jamais du voir d'eau de leur vie. L'inondation est devenu une attraction, en plus de nous gêner, ils gênent les forces de l'ordre et les pompiers, stop à la bêtise.

  • Gandalff
    Gandalff     

    Aucune technologie appliquée à la maîtrise des cours d'eau empêchera les inondations en cas de précipitations importantes et localisées. Les zones urbanisées et les routes imperméabilisent les sols, barrent les chemins naturels d'écoulement et encouragent le ruissellement. Draguer les fonds des cours d'eau et border les rives en ville ne fait qu'accélérer le débit en aval. Les retenues d'eau artificielles, les digues franches, quand et où elles sont possibles ne permettent que de différer la crue et sont très onéreuses à entretenir. Les canaux de dérivation et débordement ne sont pas, sans projet d'ensemble, économiquement pertinents. Une façon efficace de préserver les habitations est de noyer les zones cultivées avec des effets désastreux immédiats sur les cultures, or les seules zones capables d'absorber l'excédent de surface disparaissent progressivement sous la poussée de l'urbanisation. Une dernière chose : il n'y a pas de "catastrophe naturelle" en soi, en revanche il y a une interaction entre des épisodes plus au moins naturels et l'occupation humaine.

  • lillois
    lillois     

    voir les permis de construire,ou sont les responsables,

  • Bamboula002
    Bamboula002     

    Bien sur avec une distribution de serpillères et d'éponges :o) Non mais sérieux c'est juste le résultat de 40 ans de permis de construire qui on engraissés bien des familles. Tous les cours d'eaux sont canalisés, 'fin bref, y a qu'à interdire les rivières par ce qu'a chaque averse c'est le même cinéma ! David.

  • Donald
    Donald     

    vraiment je pense que ca aurai pu ca peu etre évité; c' est triste ce genre de catastrophe

Votre réponse
Postez un commentaire