Des éleveurs de brebis contre la puce électronique

Une cinquantaine d’éleveurs refusent de poser un badge électronique à leurs brebis. Pourtant, un règlement de l’Union européenne l'impose depuis trois ans.

Benoît Lordelot et Florent Bonnard
Le 18/02/2013 à 17:31

Yvan Delage est éleveur dans une bergerie de 240 brebis, à Saint-Dizier-en-Diois, dans la Drôme. Toutes ses bêtes sont équipées d’une boucle d’oreille avec un numéro d’identification. Mais depuis 2010, l’Union européenne le contraint à remplacer les boucles de traçabilité traditionnelle par des puces électroniques.

Cet outil, Yvan, accompagné d’une cinquantaine d’autres éleveurs du département, le considèrent comme superflu.

Les défenseurs de la loi estiment au contraire que cette puce électronique est tout simplement plus rapide et plus fiable. Et selon eux, elle ne coûte pas plus cher à l’éleveur et permet un suivi efficace de l’animal.

Aides de l'Etat suspendues après le 1er juillet

"Au lieu de passer plusieurs heures à relever des numéros, un simple passage en portail électronique, au moment du chargement en camion par exemple, permet de relever ces informations" explique Nathalie Guerson, de la Protection des populations de la Drôme.

Sur les 500 éleveurs que compte le département seule une cinquantaine y est hostile. Les bergers ont jusqu’au 1er juillet pour changer l’équipement de leur troupeau, sous peine de ne plus recevoir d’aide de l’Etat et de la PAC.

Toute l'actu Planète

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?