En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Début de l'examen du grenelle ii à l'assemblée
 

PARIS - Les députés ont entamé mercredi l'examen du projet de loi Grenelle II, un texte contesté par l'opposition et les écologistes et contre...

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • smartiz
    smartiz     

    Pour ne plus polluer, supprimons les humains!arretons de se masturber l'esprit!avec toutes les c.....que nous faisons,notre fin est ineductable!pas besoin d'attendre un "armagedon" il est en nous.

  • albertine
    albertine     

    Le sujet est d’actualité depuis peu : le chauffage au bois, bûches notamment, serait particulièrement plus polluant et dangeureux pour la sante . Certes, contrairement au fioul, au charbon, au gaz ou à l’électricité nucléaire, le bilan carbone du bois est nul. Mais lorsque le bois brûle, il libère un certain nombre de polluants, que l’on peut classer en deux groupes : une première famille de polluants constitués de composés organiques volatils (COV), d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), d’imbrûlés solides (suies, goudrons), de monoxyde de carbone (CO).
    La deuxième famille de polluants, ce sont les poussières – des particules très fines. On distingue les PM10 (taille inférieure à 10 microns, soit six fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu), les PM2,5 et les PM1. Les particules les plus fines (PM2,5 et PM1) pénètrent profondément jusqu’aux poumons puis dans le sang. L’exposition régulière à ces particules augmente les risques cardio-respiratoires, favorise l’irritation des voies pulmonaires. Le débat actuel porte essentiellement sur ces poussières fines, qui sont également émises par l’industrie, les transports et l’agriculture.
    Il est très difficile d’identifier dans l’atmosphère les polluants attribuables au chauffage au bois. Les autorités suisses estiment qu’environ 16 % des poussières émises en Suisse sont attribuables à la combustion du bois (la moitié à cause du chauffage au bois, l’autre due aux feux de broussailles). En France, les quelques études rendues publiques confirment cette réalité. Mais on amalgame tous les types d’appareils de chauffage au bois.
    Soyons clairs : un vieux poêle affichant un rendement de 50 % pollue considérablement, d’autant plus s’il brûle du bois humide. Le parc des appareils de chauffage au bois en France est ancien, affichant des rendements de 40 % en moyenne. Or le renouvellement se fait assez lentement (30 % des appareils vendus vont au renouvellement de l’existant). Quant aux foyers ouverts, ils émettent énormément de particules fines, et leur usage comme mode de chauffage est à proscrire.

Votre réponse
Postez un commentaire