La pollution irrite de plus en plus les Chinois

L'irritation contre la pollution atmosphérique s'exprime de plus en plus ouvertement en Chine. Durant le week-end, un épais brouillard extrêmement chargé en particules nocives (40 fois le seuil de l'OMS) a enveloppé le Nord du pays.

V. G. avec AFP
Le 14/01/2013 à 12:44
Mis à jour le 14/01/2013 à 18:50

L'irritation contre la pollution atmosphérique s'exprime de plus en plus ouvertement en Chine, où même les médias officiels exigent désormais des autorités davantage de transparence, critiquant les excès du rythme de développement actuel.

Durant le week-end, un épais brouillard extrêmement chargé en particules nocives (voir des photos ici) a enveloppé le nord et l'est de la Chine, affectant les transports routiers, causant des annulations de vols dans les aéroports et une ruée sur les masques filtrants.

A Pékin, où circulent quotidiennement plus de cinq millions de véhicules, ainsi que dans plus d'une trentaine de métropoles, les habitants ont été incités à demeurer chez eux en évitant les exercices physiques. La visibilité est tombée à 100 mètres dans certaines zones.

Lundi, la télévision d'Etat CCTV continuait à conseiller de ne pas utiliser de bicyclette dans la capitale chinoise, où la population attendait avec impatience que se remette à souffler le vent glacial du nord, seul capable d'éclaircir l'horizon.

40 fois plus que le seuil préconisé par l'OMS

La densité de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), les plus dangereuses, a dépassé dans certaines zones le seuil de 993 microgrammes par mètre cube, selon le centre de surveillance de l'environnement de la capitale chinoise. Soit près de 40 fois le seuil préconisé par l'OMS.

Les PM 2,5 peuvent pénétrer jusqu'aux alvéoles pulmonaires et migrer dans le sang. La pollution atmosphérique préoccupe de plus en plus les Chinois et le débat croissant sur la question était qualifié lundi de "salutaire" par le journal China Daily.

Deuxième économie de la planète et premier marché automobile mondial, la Chine voit son environnement menacé par ses nombreuses industries polluantes, son trafic routier en constante expansion et son laxisme pour protéger les écosystèmes. En outre, le pays tire plus de 70% de son énergie de la combustion du charbon, ce qui en fait le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre.

"Si nous continuons avec ce mode de développement sans l'ajuster, les dommages à long terme seront graves", a de son côté prévenu le journal Global Times. "La pollution s'accumule en Chine" et malgré les mesures prises "le problème s'aggrave", a souligné le quotidien.

Toute l'actu Planète

La question du jour

Êtes-vous favorable au rétablissement de l'autorisation de sortie du territoire pour les mineurs?