En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Près de 1.500 maisons seraient rasées dans l'ouest après xynthia
 

Entre 1.300 et 1.500 maisons seraient rasées dans l'ouest de la France du fait de l'interdiction de construire décidée par l'Etat.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • cosmonaute
    cosmonaute     

    Sans doute que nombreux sont décédés les maires et autres représentants étatiques, qui ont procédé comme leurs suivants à l'octroi de permis de construire sur les terres issus du "Pays né de la Mer"
    Cela soulagerai des consciences politiques si les pauvres avaient de quoi se loger décemment sans autorisation sur le sol français !!!

  • pirlouit
    pirlouit     

    tout a fait exact ,mais je doute fort de la mise en faute des élus car problémes politique on y touche pas, cela n'empéchera pas ces meme elus de continuer leurs ronds de jambes aux prochaines elections jusqu'au prochaines petites faveurs qui leur seront offertes

  • ziram
    ziram     

    Quels sont ceux qui ont déclaré ces terrains contructibles et quel sont ceux qui ont entériné ces dispositions?.Maires, Préfets,Promoteurs et personne d'autre!!!

  • Kfran
    Kfran     

    Bussereau se moque du monde (des charentais maritime!).
    subventions pour la jeunesse et les structures culturelles du 17 (les forces vives) : quasi nulle ! l'anticipation n'est pas le fort de nos élus(digues)! Par contre, 750 000 euros de pub pour attirer le touriste + impôts Xynthia car nous ne sommes pas assez solidaires ! Vivement les élections !

  • danny34
    danny34     

    je suis un auditeur fidèle et je décide de réagir à force de ras le bol! pourquoi le contribuable doit il mettre la main à la poche pour dédommager la destruction de villas de bord de mer? les mairies ont elles vu autre chose que du profit en autorisant de telles constructions? on ne doute plus de rien dans ce pays! alors que les mairies assument et mieux encore, qu'on engage la responsabilité de ceux qui ont pris le risque de laisser construire! vendons leurs biens et qu'ils assument leurs choix!
    Quelle tristesse de vivre dans une société où le recours au contribuable est si facile! où la raison et le travail sont des valeurs en voie de disparition!
    où la morale est une vague et si lointaine conception de l'esprit! où sont les copains promoteurs et lotisseurs à l'heure du drame?
    Le monde politique est un monde opaque et très fermé, la vie doit y être si agréable pour que des individus perdent raison, morale et honneur.

  • Cosmonote
    Cosmonote     

    La Pointe de l'Aiguillon, havre de paix gagné sur la mer est visée par les interdictions de reconstruire. Ces terrains qui ont été donné aux ouvriers ayant construit la digue en 1954, sont pour bons nombres de ces propriétaires, le seul bien de tranquillité qui se transmettaient de parents à enfants. Pour preuve, le peu d'offre de vente sur cette zone bien particulière.
    Présent le soir du 27 février, j'ai vu monté dans un premier temps l'eau à un rythme peu soutenu, puis la montée rapide suite à la vague qui est passé sous le pont de l'Ile de Ré. Question : D'où venait l'eau de la montée progressive ? Digue qui a lâchée ? ou écluses restées ouvertes un soir de grosse marée et de tempête suite à la coupure de courant ? Sans cette première montée nous aurions été à moins de 1 mètre de hauteur d'inondation, à 80 cm en faite, taille de la vague, et nous ne serions pas soumis à cette fausse bonne idée de ne pas reconstruire.

  • albertine
    albertine     

    Pour financer l'indemnisation des spéculateurs particuliers et banquiers et autres responsable politique d'une telle négligence pour avoir construis dans des zones inondables et les assurances aussi vont en remettre une couche à 150.000€ en moyenne et le contribuable sera encore le dindon de la farce des promoteurs de maison de pailles à bas cout

Votre réponse
Postez un commentaire