En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
bfmtv

La préfecture du Nord dément vouloir expulser El-Jabri - 22/05

La préfecture du Nord a affirmé qu'Abderrahim El-Jabri, qui a obtenu il y a une semaine l'annulation d'une peine de 20 ans de réclusion pour meurtre, ne serait pas expulsé du territoire comme le craignent ses avocats et l'intéressé. Si cette mesure d'interdiction du territoire français (ITF) de 1994 prononcée par l'autorité judiciaire n'a en effet pas été annulée par la justice, la préfecture du Nord a indiqué mercredi soir à l'AFP qu'"aucune mesure d'éloignement n'a été envisagée par le préfet". Abderrahim El-Jabri "bénéficie d'une autorisation provisoire de séjour lui permettant d'être en situation régulière en attendant le procès en révision", a insisté la préfecture. De nationalité marocaine, vivant aujourd'hui dans le nord de la France, Abderrahim El-Jabri était en liberté conditionnelle avant l'annulation de sa condamnation pour le meurtre en 1997 d'un jeune homme à Lunel (Hérault), après plus de 14 ans de prison. La disposition faisait qu'il ne pouvait être expulsé. A la suite de l'annulation annoncée le 15 mai par la Cour de révision, la préfecture du Nord aurait menacé désormais d'appliquer une interdiction du territoire prononcée contre Abderrahim El-Jabri en 1994 dans une affaire de stupéfiants, selon son avocat.

Mise en ligne le 22/05/2013

Sur le même sujet