En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
bfmtv

L'épineuse question de l'enterrement des terroristes

Dix terroristes sont morts sur le sol français le 13 novembre et pendant l’assaut d’un appartement à Saint-Denis. Les corps sont toujours à l’institut médico-légal, où des analyses sont en cours. Mais l’épineuse question des dépouilles va se poser. Selon la loi française, trois lieux sont possibles pour inhumer un mort: la ville du décès, la ville de résidence, où tout autre commune s’il y a un caveau familial. La décision est prise par les proches sans que les maires ne puissent s’y opposer. Quatre villes pourraient être concernées: Paris et Saint-Denis où sont morts les terroristes mais aussi Chartres et Drancy, où résidaient les deux terroristes français. Pour le moment la justice n'a pas autorisé l'inhumation.

Mise en ligne le 03/12/2015

Sur le même sujet