En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
bfmtv

Fausse alerte attentat: que risquent les auteurs ?

Au lendemain de la fausse alerte terroriste dans le centre de Paris, les enquêteurs penchent pour la thèse d'un acte malveillant. Le parquet de Paris a même ouvert une enquête pour "dénonciation de crime imaginaire" et "divulgation de fausses informations afin de faire croire à une destruction dangereuse". Pour rappel, un appel à la police, à 15h39, avait donné l'alerte sur une possible prise d'otages en cours à l'église St-Leu, située dans le quartier des Halles. Une vaste opération de police avait été immédiatement déclenchée. Le secteur avait été bouclé et des habitants évacués ou confinés. Quelques minutes plus tard, l'intervention a été interrompue car il s'agissait en réalité d'une fausse alerte. Alors que risquent les auteurs d'un tel canular ? - Éléments de réponses avec Nathalie Roret, avocate pénaliste au barreau de Paris et associée au cabinet Farthouat avocats. - Week-end Direct, du dimanche 18 septembre 2016, présenté par François Gapihan, sur BFMTV.

Mise en ligne le 18/09/2016

Sur le même sujet